Argentine : de nouveaux éléments grâce aux tests ADN

le
0
Les soupçons de la justice se portent particulièrement sur deux des sept suspects. Ils auraient tué les étudiantes françaises avec deux armes distinctes.

Les analyses scientifiques sur les meurtres de Cassandre Bouvier et Houria Moumni commencent à porter leur fruit. Après les révélations de l'étude balistique jeudi, qui a confirmé qu'il y avait bien deux armes, et donc deux tireurs, c'est l'ADN retrouvé sur les corps de jeunes femmes qui donne de nouveaux éléments.

«Des analyses préliminaires d'ADN impliquent Daniel Vilte, maçon de 23 ans, dans le double crime», a confié une source proche de l'enquête. Le nom de Vilte s'ajoute à celui de Gustavo Lasi, 24 ans, sur la liste de principaux suspects impliqués dans l'assassinat.

La certitude qu'il y avait bien deux armes différentes a permis aux enquêteurs d'élargir leurs recherches. «Nous avons deux types de projectiles de même calibre, ce qui veut dire qu'il y avait deux armes, selon le rapport des experts», a expliqué le porte-parole du parquet argentin.

La possibilité d'une deuxième arme avait été évoquée dès la semaine dernière par des sources proches d...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant