Areva, une recapitalisation nécessaire mais peut-être insuffisante

le
0
Des employés du groupe nucléaire Areva, le 16 décembre 2015 lors d'une visite sur le site de La Hague. (© C. Triballeau / AFP)
Des employés du groupe nucléaire Areva, le 16 décembre 2015 lors d'une visite sur le site de La Hague. (© C. Triballeau / AFP)

En grande difficulté, Areva va bénéficier d'une recapitalisation massive de 5 milliards d'euros et céder au géant de l'électricité EDF la majorité de sa branche de construction de réacteurs nucléaires (Areva NP), valorisée à 2,5 milliards d'euros : le sauvetage du spécialiste français du nucléaire s'est accéléré, mais des incertitudes demeurent.

- Pourquoi une recapitalisation aussi massive était-elle nécessaire ?

Créé en 2001 avec l'ambition d'être un champion sur l'ensemble du cycle de l'atome, de l'uranium au réacteur, Areva s'est rapidement lancé dans une stratégie d'expansion tous azimuts dont il paie aujourd’hui les conséquences. Le fiasco financier de l'acquisition d'Uramin et les déboires du réacteur EPR qu'il construit en Finlande sous le nom de code OL3 ont plombé ses comptes. Le tout dans un marché nucléaire morose depuis l'accident de Fukushima (Japon) en 2011.

Areva a prévenu qu'il serait à nouveau dans le rouge en 2015. Très endetté, il devra aussi rembourser un milliard d'euros de dette obligataire en septembre. Dans ce contexte, il y avait urgence à recapitaliser.

- Cette augmentation de capital sera-t-elle suffisante ?

Oui, à court terme, pour résoudre les problèmes de trésorerie. Mais la réponse est moins évidente si l'on considère les incertitudes qui planent encore sur l'avenir de l'entreprise. Le chantier OL3 ou le projet Cigéo d'enfouissement des déchets

Lire la suite sur le revenu.com


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant