Areva-Royal n'écarte pas l'idée d'une fusion avec EDF

le
2

* "Toutes les hypothèses sont sur la table", dit Ségolène Royal * Macron avait évoqué un possible rapprochement capitalistique * EDF perd plus de 3%, plus forte baisse du CAC 40 * EDF a jusqu'ici écarté toute transaction financière avec Areva (Actualisé avec "no comment", cours de Bourse, contexte) PARIS, 9 mars (Reuters) - Une fusion entre EDF EDF.PA et Areva AREVA fait partie des hypothèses envisagées par le gouvernement dans le cadre de sa réflexion sur l'avenir de la filière énergétique en France, a déclaré lundi la ministre de l'Ecologie et de l'Energie, Ségolène Royal. "Rapprochement, convergence, bien sûr. Fusion ? Peut-être, toutes les hypothèses sont sur la table, toutes les hypothèses sont actuellement regardées pour voir où est l'intérêt de notre pays", a-t-elle dit au cours d'une interview accordée à BFM TV, en réponse à une question portant sur une possible fusion entre les deux entreprises. "L'intérêt de notre pays, c'est de structurer des champions dans le domaine de l'énergie", a-t-elle ajouté. EDF et Areva, dont l'Etat détient respectivement 84,5% et 87% du capital, n'ont pas souhaité commenter ces déclarations. Vers 10h10, l'action EDF perdait 3,45% à 22,12 euros, accusant la plus forte baisse d'un CAC 40 en repli de 0,43%, tandis qu'Areva reculait de 0,29% à 9,259 euros. EDF perd environ 9% en Bourse depuis l'annonce mercredi d'un possible rapprochement capitalistique avec Areva, certains investisseurs craignant que l'électricien public soit mis à contribution pour renflouer le fabricant de combustibles et de réacteurs nucléaires, dont il est le premier client. Areva a publié le 4 mars de lourdes pertes au titre de 2014 et annoncé un programme d'économies d'un milliard d'euros à l'horizon 2017 ainsi qu'un futur plan de financement qui doit être élaboré d'ici à fin juillet. ID:nL5N0W60DR Le ministre de l'Economie Emmanuel Macron a déclaré au Figaro à cette occasion que le resserrement des liens entre Areva et EDF pourrait se traduire par "une plus grande coopération industrielle, ou aller jusqu'à un rapprochement, y compris capitalistique". "Je pense en particulier à toute l'activité réacteurs, de l'ingénierie à la maintenance", a-t-il précisé. Areva a de son côté fait savoir mercredi que ses discussions avec EDF portaient actuellement "sur des points opérationnels" et que des "discussions capitalistiques interviendr(aient) si nécessaire dans un second temps". Le PDG d'EDF, Jean-Bernard Lévy, avait déclaré mi-février que son groupe et Areva travaillaient en vue d'améliorer leur coopération et leur efficacité mais qu'aucune transaction financière n'était à l'ordre du jour entre les deux groupes. ID:nFWN0VM05C et ID:nP6N0R900C L'ancien patron du groupe, Henri Proglio, avait estimé fin 2009 qu'une ouverture du capital de la filiale de réacteurs d'Areva (ex-Framatome) pourrait avoir lieu et que son groupe "pourrait y jouer un rôle", avant d'exclure finalement toute prise participation de l'électricien public français dans certaines activités de son fournisseur. Une source au fait du dossier déclarait début février à Reuters qu'Areva envisageait de filialiser ses activités liées aux nouveaux projets de centrales nucléaires à l'international ainsi qu'au traitement des combustibles usés afin d'y faire entrer EDF. ID:nP6N0R9009 (Matthias Blamont, Yann Le Guernigou et Benjamin Mallet, édité par Jean-Michel Bélot)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1736621 le lundi 9 mar 2015 à 14:33

    ET dabs cette optique, que devient GDF Suez?

  • fpelu le lundi 9 mar 2015 à 12:11

    Et le tout contrôlé par la CGT. Des winners.