Areva réfute les accusations

le
0
Le président du directoire du géant nucléaire assure n'avoir jamais espionné illégalement l'ancienne patronne de l'entreprise.

Le président du directoire d'Areva, Luc Oursel, a assuré mardi que le groupe nucléaire n'avait «à aucun moment commandé d'étude illégale» à une société d'intelligence économique pour espionner l'ex-patronne du groupe Anne Lauvergeon contrairement aux accusations de cette dernière. «Areva comme beaucoup de sociétés fait appel à des sociétés d'intelligence économique et je garantis qu'Areva n'a, à aucun moment, commandé d'étude illégale à cette société», a déclaré au magazine L'Usine nouvelle Luc Oursel, qui a succédé en juin à Anne Lauvergeon à la tête de l'entreprise publique.

Anne Lauvergeon et son mari Olivier Fric affirment avoir été la cible d'une enquête privée, qui portait notamment sur les conditions de l'acquisition en 2007 par Areva de la société minière canadienne Uramin, devenue un gouffre financier de 2 milliards d'euros. Le couple a déposé plainte le mois dernier. «Comme il y a une plainte de déposée, la société Areva a pris...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant