Areva poursuit sa cure d'austérité pour garder ses notes

le
0

* Les investissements seront réduits de 200 millions d'euros * Au moins 450 millions d'euros de nouvelles cessions * Emission d'obligations hybride "dans les meilleurs délais" * Areva contre-attaque après la menace de S&P (Actualisé avec précisions) PARIS, 7 octobre (Reuters) - Areva AREVA.PA a annoncé mardi son intention de réduire ses investissements bruts de 200 millions d'euros à moins d'un milliard par an sur la période 2015-2016 et de céder au moins 450 millions d'euros d'actifs, le spécialiste public du nucléaire cherchant ainsi à éviter une dégradation de ses notes de crédit. Pénalisé par une demande limitée de la part de ses clients électriciens, le groupe envisage également une émission d'obligations hybrides "dans les meilleurs délais", afin de préparer le refinancement de ses prochaines échéances de dette. Standard & Poor's a annoncé le 9 septembre la mise sous surveillance des notes du groupe avec "implication négative" et s'est donné 30 jours pour les placer ou non en catégorie "spéculative", ce qui laisse présager une annonce de l'agence de notation dans les prochains jours. ID:nL5N0RA4SM Areva a précisé que cette nouvelle réduction des investissements ne concernait pas ses dépenses stratégiques et de sureté et que les cessions porteraient sur des activités non stratégiques ou des participations minoritaires d'ici fin 2016. Les nouveaux désinvestissements envisagés intègrent la vente de la participation minoritaire du groupe déjà engagée dans le projet Euronimba de mine de fer en Guinée, a souligné Areva dans un communiqué. "Ces nouvelles mesures traduisent la détermination du groupe à poursuivre le renforcement de sa structure financière, en complément des efforts portés depuis trois ans sur l'amélioration de la performance opérationnelle", a souligné le président du directoire Luc Oursel, cité dans le communiqué. Le Journal du Dimanche a par ailleurs rapporté dimanche que l'Etat français, qui contrôle directement ou indirectement près de 87% du capital d'Areva, réfléchirait à renflouer l'entreprise, dont les besoins atteignent deux à trois milliards d'euros selon l'hebdomadaire. Le JDD a également évoqué l'hypothèse d'un rapprochement avec EDF EDF.PA , un serpent de mer dont Bercy a indiqué au journal qu'il n'était pas à l'étude. Areva a déjà réalisé 1,2 milliard d'euros de cessions depuis la mise en place de son plan stratégique, fin 2011, mais a notamment dû renoncer à vendre sa filiale américaine de mesure de la radioactivité Canberra à la société française de capital-investissement Astorg Partners, faute de financement. Le groupe a revu ses prévisions à la baisse début août après avoir enregistré une lourde perte au titre du premier semestre 2014 et prévoit pour cette année une baisse organique de ses ventes de 10%. ID:nL6N0Q71CX Il avait déjà indiqué à cette occasion qu'il ramènerait ses investissements à environ 1,1 milliard d'euros cette année (contre 1,3 milliard programmé auparavant) et qu'il maintiendrait son enveloppe à un niveau inférieur en 2015 et en 2016. Areva a aussi relevé début août son objectif de réduction de coûts opérationnels de 1 milliard d'euros d'ici à 2015 à 1,2 milliard d'ici à 2016. La note de crédit long terme d'Areva est fixée à BBB-, un cran au-dessus de la catégorie spéculative, depuis décembre 2011. Un abaissement des notes court et long terme d'Areva rendrait les actions et les obligations du groupe difficiles à placer, notamment auprès des fonds d'investissement. L'endettement financier net total du groupe s'élevait à 4.734 millions d'euros au 30 juin, contre 4.468 millions à fin 2013, mais Areva mettait en avant cet été le renforcement de sa liquidité et l'absence d'échéance majeure de remboursement de dette avant 2016. Il a également indiqué en août que son cash-flow opérationnel libre avant impôts devrait être "proche de l'équilibre" cette année, alors qu'il devait être "positif" auparavant. Cet indicateur, qui traduit sa capacité à autofinancer ou non son développement, est également prévu "proche de l'équilibre" en 2015 et "nettement positif en 2016". Il a atteint 71 millions d'euros au premier semestre (contre -158 millions un an plus tôt). Areva a en outre prévu de modifier sa gouvernance d'ici à la fin de l'année, à la demande de l'Etat, pour se doter d'un conseil d'administration qui remplacera le directoire - présidé par Luc Oursel - et le conseil de surveillance - présidé par Pierre Blayau. Selon la presse, Pierre Blayau plaide auprès du gouvernement afin de remplacer Luc Oursel par Philippe Knoche, actuel directeur général délégué du groupe. (Gilles Guillaume et Benjamin Mallet, édité par Jean-Michel Bélot)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant