Areva pourrait décaler certains investissements 

le
0
Le groupe présentera en décembre un plan stratégique tenant compte de l'après-Fukushima.

Les temps sont durs pour Areva. Sept mois après la catastrophe de Fukushima, le groupe français, leader mondial du nucléaire, affronte une sérieuse phase d'incertitude. Son nouveau patron, Luc Oursel, auditionné mercredi par les députés pour la première fois depuis sa nomination en juin, a évoqué la possibilité «de lisser ou de décaler certains investissements pour limiter les risques et améliorer (la) situation financière».

Si le dirigeant refuse d'évoquer un coup d'arrêt pour l'atome, il prend acte du «report de plusieurs mois, parfois de quelques années, des différentes procédures d'appel d'offres qui avaient été lancées».

L'Inde, proche d'acheter deux EPR, a ainsi prévenu qu'elle attendrait les résultats des audits nucléaires français post-Fukushima avant de statuer sur la livraison du réacteur de nouvelle génération proposé par Areva. La Chine, de son côté, a décidé après les événements du 11 mars de suspendre l'approbation de nouveaux pro

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant