Areva Le président du directoire sera davantage encadré

le
0

(lerevenu.com) - L'affaire Uramin est dans tous les esprits. L'acquisition par Areva, en 2007, pour 1,8 milliard d'euros de cette jeune société canadienne disposant de permis d'exploitation de gisements d'uranium en Afrique a concouru à la disgrâce d'Anne Lauvergeon, remplacée par Luc Oursel à la présidence du directoire. A cette époque, le prix de l'uranium était au plus-haut (135 dollars la livre). Ils ont chuté depuis et en particulier après l'accident de la centrale nucléaire de Fukushima. En outre, les réserves d'uranimum du gisement possédé par Uramin en Namibie ont été révisées en forte baisse. En 2011, Areva a dû passer de lourdes provisions pour tenir compte de la dépréciation de cet actif minier.

Le décret approuve différentes modifications de l'article 22 des statuts d'Areva qui visent à «renforcer les pouvoirs du conseil de surveillance d'Areva : la compétence de ce dernier est étendue aux décisions d'investissement portant création d'un site ou augmentation des capacités d'un site existant pour un montant supérieur à 20 millions d'euros. Le seuil au-delà duquel les acquisitions et les prises de participation doivent être autorisées par le conseil de surveillance est abaissé à 20 millions d'euros, contre 80 millions d'euros auparavant». Enfin, la modification des statuts prévoit la création d'un comité d'éthique: «Il est rattaché au conseil de surveillance, il est chargé de s'assurer que le groupe applique les meilleures pratiques en matière de déontologie». Jean-Cyril Spinetta est le président du conseil de surveillance d'Areva.

Restez à l'écart.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant