Areva : le plan d'économies inquiète les 42 000 salariés

le
6
Areva : le plan d'économies inquiète les 42 000 salariés
Areva : le plan d'économies inquiète les 42 000 salariés

Comment le fer de lance du nucléaire français, filière d’excellence que de nombreux pays nous envient, en est-il arrivé là ? Areva a essuyé 4,8 milliards d'euros de pertes en 2014 et près de 8 milliards d'euros de déficit sur quatre ans. Mercredi, selon Le Figaro, les dirigeants de l'entreprise doivent rencontrer les représentants syndicaux pour préciser le volet social du plan de performance d'un milliard d'euros que le groupe entend appliquer au cours des trois prochaines années. Selon les syndicats, la coupe pourrait être sévère, touchant près de 15% de la masse salariale.

Pas de licenciements secs. Au lendemain de l'annonce des résultats, alors que l'Etat est actionnaire à 87% de l'entreprise, le gouvernement a assuré qu'il n'y aurait pas de licenciements secs. La direction d'Areva a promis de privilégier les départs volontaires ou anticipés. L'Etat-major du groupe a déjà annoncé la suppression de 1 500 postes en Allemagne... Selon les syndicats, le pire pourrait même arriver : «Areva peut mourir, tout à fait. On est en danger, c’est une question de survie. Dans un an, on peut très bien arrêter le paiement et être dans une situation catastrophique», a lancé Jean-Pierre Bachman, coordinateur CFDT Areva. Et d'ajouter : «Si on veut trouver un milliard, cela ne va pas se faire comme ça. Cela va toucher l’emploi, de manière importante, cela touchera les rémunérations, les conditions de travail, les statuts collectifs, les garanties collectives, le temps de travail. C’est extrêmement préoccupant.»

VIDEO. Perte colossale pour le géant du nucléaire Areva

Entrée possible des Chinois dans le capital. Pour autant, si ce plan d'économies semble inévitable, il ne sera probablement pas suffisant. Le groupe a besoin d'argent frais, «au moins 3,9 milliards d'euros» selon les syndicats, et va devoir se séparer de plusieurs activités. Selon Les Echos, Engie (ex-GDF-Suez) aurait déjà mandaté ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • md24750 le mardi 5 mai 2015 à 10:25

    Pourtant "la reprise est là" qu'il a dit du Q O N.

  • olive84 le mardi 5 mai 2015 à 10:19

    vu les avantages considérables de ces gens et les resultats catastrophiques de cette boite, il serait tps que cela cesse!!! c est l excellence ds la nullité et les pertes astronomiques

  • jean.coq le mardi 5 mai 2015 à 09:53

    J'ai travaillé dans une boite ou nous étions les medilleurs du secteur!!! On étaitent tellement bon qu'un jour il a fallu mettre la clé sous le paillasson. . Quand je lis ce titre "filière d'excellence que le monde nous envie" et "une perte de 4,8 milliards" je me demande en quoi est l'excellence.

  • JUFRABRE le mardi 5 mai 2015 à 09:44

    Les chiffres présentés sont incontrôlables et incontrôlés...Tout ça pour préparer à la prochaine venue de l'actionnariat chinois et la vente de nouvelles centrales en chine !! Mais avant, il faudra monter au chinois qu'un gros effort de rentabilité et de gestion a été fait, d'où l'opération en cours...

  • dumont47 le mardi 5 mai 2015 à 09:36

    c,est clair les chinois feront mieux que les français, chercher l'erreur....

  • Alex282 le mardi 5 mai 2015 à 09:34

    Ben oui mais on ne peut pas toujours vivre sur le dos des contribuables à un moment il faut être autonome et montré vraiment ce que l'on sait faire !!