Areva : la gestion d'Anne Lauvergeon étrillée par la Cour des comptes

le
0
Areva : la gestion d'Anne Lauvergeon étrillée par la Cour des comptes
Areva : la gestion d'Anne Lauvergeon étrillée par la Cour des comptes

Gouvernance discutée, fiasco de l'EPR finlandais d'Olkiluoto, investissements suspects dans l'affaire Uramin, remise en cause du modèle intégré de l'entreprise de la mine à la centrale... Long de 122 pages, le pré-rapport de la Cour des comptes sur la gestion d'Areva par Anne Lauvergeon, que s'est procuré les Echos, étrille «Atomic Anne», un temps pressentie pour entrer au gouvernement de Manuel Valls. 

Un management critiqué

Sans citer fréquemment le nom d'Anne Lauvergeon dans leur rapport, selon le quotidien économique, les magistrats de la rue Cambon dénoncent à la fois son style de management et la politique de rémunération des dirigeants de l'entreprise. «?Un certain nombre de difficultés du groupe, notamment dans ses relations avec les tutelles, dans la période antérieure à 2012, proviennent avant tout de la forte personnalité de la présidente du directoire», expliquent-ils, ajoutant que «la concentration du pouvoir réel dans les mains de la présidente» n'était pas satisfaisante. Les dysfonctionnements sont pointés du doig t: «Procés verbaux elliptiques ou séances tenues sur le papier.»

La politique de rémunération des dirigeants du groupe avant 2012?est elle aussi critiquée: «?La rémunération de l'ancienne présidente du directoire a connu une progression très rapide au cours de son second mandat. Une telle évolution se fondait sur une revendication affirmée de rattrapage par comparaison avec les chefs d'entreprise du CAC 40. La découverte tardive de dossiers dont la mauvaise gestion coûte aujourd'hui très cher au groupe amène à critiquer une telle progression, fondée pour une large part sur des taux de réussite faussement précis», dénoncent les magistrats.

Selon les Echos, Anne Lauvergeon juge ces accusations infondées. Dans sa réponse aux magistrats, elle a estimé au contraire qu'«une personnalité forte et dynamique était nécessaire pour réussir la création d'un tel ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant