Areva et Gamesa veulent s'unir dans l'éolien en mer

le
0
AREVA ET GAMESA ENVISAGENT UNE ALLIANCE DANS L'ÉOLIEN EN MER
AREVA ET GAMESA ENVISAGENT UNE ALLIANCE DANS L'ÉOLIEN EN MER

par Benjamin Mallet et Andrés González

PARIS/MADRID (Reuters) - Le groupe public français Areva et l'espagnol Gamesa envisagent de créer une coentreprise dans le secteur des éoliennes en mer, ont déclaré vendredi à Reuters deux sources ayant une connaissance directe du dossier.

Une telle alliance permettrait aux deux fabricants de turbines de partager les coûts d'un secteur gourmand en capitaux et risqué, mais pourrait aussi renforcer leurs perspectives sur des marchés à fort potentiel tels que l'Allemagne et le Royaume-Uni.

"Gamesa et Areva sont en discussions avancées afin de créer une coentreprise à 50-50 pour développer leur activité d'éoliennes offshore", a précisé l'une des sources.

Des porte-parole des deux groupes n'ont pas souhaité commenter ces informations.

"Faire la route seul n'a plus trop de sens vu les coûts", a estimé un expert du secteur, qui souligne les risques et les efforts financiers pesant sur les industriels dans le secteur des renouvelables, pour des technologies "qui vivent difficilement sans subventions".

Areva, pour qui les énergies renouvelables n'ont représenté que 6% du chiffre d'affaires en 2012 contre 37% pour les réacteurs et services nucléaires, a fait savoir fin novembre qu'il compterait 126 éoliennes en mer début 2014, soit 630 mégawatts (MW) en fonctionnement.

Détenu par l'Etat français à près de 87%, le groupe a annoncé en fin d'année sa candidature au deuxième appel d'offres lancé par la France pour des éoliennes en mer, aux côtés notamment de GDF Suez pour lequel il développera une nouvelle turbine de 8 MW, parmi les plus puissantes du marché.

UN PROTOTYPE CHEZ GAMESA

Gamesa est pour sa part détenu à 19,7% par l'électricien espagnol Iberdrola, qui avait déjà remporté au printemps 2012, avec une turbine d'Areva, un des quatre champs d'éoliennes en mer attribués dans le cadre du premier appel d'offres lancé par l'Etat français.

Gamesa s'est dit à plusieurs reprises ouvert à des partenariats stratégiques dans l'éolien en mer. Il développe actuellement sa première turbine offshore, de 5 MW, qui devrait être certifiée dans le courant du premier trimestre 2014.

Un porte-parole du groupe a indiqué que les clients avaient déjà fait part de leur intérêt pour ce nouveau modèle, et Gamesa fait savoir sur son site internet qu'il souhaite lui aussi proposer un modèle plus puissant, de 7 ou 8 MW.

Dans l'éolien terrestre, Gamesa a déjà installé plus de 25.000 MW.

Areva a indiqué dans le cadre de son plan stratégique qu'il visait un chiffre d'affaires supérieur à 1,25 milliard d'euros à horizon 2015 pour son pôle d'énergies renouvelables, qui inclut également des activités dans le solaire, la bioénergie et le stockage.

Il avait toutefois revu à la baisse en juillet son objectif de ventes dans les renouvelables pour 2013 -de 600 à 450 millions d'euros contre 572 millions en 2012, et le pôle a toujours affiché des pertes opérationnelles depuis 2010, première année de présentation isolée de ses comptes.

Avec José Elias Rodriguez, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant