Areva défend l'Atmea dans son accord sur les réacteurs avec EDF

le
0

PARIS (Reuters) - Areva souhaite que son nouveau réacteur Atmea serve de référence dans le cadre de l'accord que le groupe vient de conclure avec EDF pour développer des réacteurs nucléaires de 1.000 mégawatts (MW) de troisième génération avec la Chine, a déclaré vendredi un responsable du groupe public.

Un modèle qui ne serait pas basé sur l'Atmea, conçu par Areva et le japonais Mitsubishi Heavy Industries, risquerait de concurrencer le nouveau réacteur des deux partenaires.

"Le fait qu'on ait déjà travaillé avec MHI et qu'on ait réalisé une étape de conception majeure de ce nouveau modèle Atmea 1 constitue un atout tout à fait important", a déclaré lors d'une conférence téléphonique Claude Jaouen, directeur de l'activité réacteurs et services d'Areva.

"On considère qu'il serait dommage d'avoir deux réacteurs de 1.000 MW sur le marché à partir du moment où les acteurs peuvent relativement facilement arriver à se mettre d'accord sur un seul", a-t-il ajouté.

"Plutôt que d'avoir un Atmea qui est concurrent d'un autre réacteur développé par ailleurs, l'objectif poursuivi est que les deux convergent vers un seul à terme, dans la mesure du possible, et que le marché soit le même, c'est-à-dire que ce soit une évolution de l'Atmea", a encore déclaré directeur de l'activité réacteurs et services d'Areva.

UN ÉCHEC DES NÉGOCIATIONS N'EST PAS EXCLU

"Je n'exclus pas concrètement qu'on n'arrive pas à être d'accord au bout mais en tout cas ce n'est pas la voie dans laquelle Areva s'engage et ce n'est absolument pas l'esprit dans lequel on a entamé ces études avec EDF et (le chinois) CGNPC."

La conception de réacteurs de moyenne puissance, destinés à la fois à la Chine et à d'autres marchés, répond à la nécessité pour la filière nucléaire française d'élargir sa gamme aujourd'hui réduite pour l'essentiel au réacteur de grande puissance EPR.

"L'état actuel de définition des spécifications (du nouveau réacteur) devrait se terminer avant l'été 2012 et, en parallèle, il y aura la détermination des différents accords nécessaires avant de se lancer dans des étapes ultérieurs et en particulier sur les questions de propriété intellectuelle et de schéma industriel et commercial", a indiqué Claude Jaouen.

L'Elysée avait annoncé en février 2011 que le développement d'un réacteur de moyenne puissance envisagé par EDF avec le chinois CGNPC se ferait dans le cadre d'un partenariat global avec Pékin, auquel tous les acteurs de l'industrie nucléaire française seraient associés.

Areva et EDF, après avoir signé en juillet un accord technique et commercial qui marquait le réchauffement des relations entre les deux groupes, ont finalisé mercredi un contrat portant sur l'approvisionnement en uranium de l'électricien public.

Benjamin Mallet

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant