Ardian persiste et signe sur Club Med et lorgne Elior

le
0

par Matthieu Protard et Lionel Laurent

PARIS (Reuters) - La société d'investissement Ardian, née de la scission d'Axa Private Equity, n'entend pas relever son offre conjointe avec le chinois Fosun sur Club Méditerranée malgré les recours en justice contre cette OPA.

"Notre offre est irrévocable. Nous n'avons pas l'intention de transiger", a déclaré vendredi Dominique Gaillard, directeur général chargé des fonds directs chez Ardian, lors d'une interview à Reuters. "Ces recours, je les juge abusifs."

Les plaidoiries concernant ces recours, déposés par l'Association de défense des actionnaires minoritaires et le fonds Charity Investment Asset Management, sont prévues fin février devant la cour d'appel de Paris.

Interrogé sur un intérêt pour Elior, contrôlé à 62% par le fonds Charterhouse, Dominique Gaillard a confirmé qu'Ardian était toujours intéressé par un investissement dans le groupe français de restauration collective.

"On ne sait pas si Charterhouse est toujours vendeur", a-t-il dit. "On est en stand-by, mais nous confirmons notre intérêt."

Selon des articles de presse, Charterhouse cherche à céder Elior mais pourrait décider de le mettre en Bourse s'il n'obtient pas un prix suffisant.

PRÊT À ÉTUDIER UNE CESSION DE VINCI PARK

Ardian, qui investit aussi dans les infrastructures, se dit également prêt à étudier le dossier des parkings de Vinci si le groupe de BTP et de concessions confirme son intention de céder cette activité.

Selon Les Echos, Vinci aurait mandaté deux conseils pour examiner la vente de Vinci Park.

"C'est un sujet qui nous intéresse beaucoup. Si on regarde, on regardera avec notre fonds Infrastructures", a déclaré Dominique Gaillard.

Interrogé sur la vente des actifs français de TDF, dont Ardian est le troisième actionnaire avec 18% du capital, le directeur général a indiqué que la décision de vendre ou de conserver TDF France serait prise en fonction des prix proposés par les repreneurs potentiels, laissant entendre que d'autres solutions pourraient être retenues.

En août, des sources proches du dossier avaient indiqué que les candidats au rachat des actifs français avaient soumis des offres non engageantes inférieures à 4 milliards d'euros, qui est le prix espéré par le fonds TPG, premier actionnaire de TDF avec 42% du capital.

"L'objectif des vendeurs est d'obtenir le meilleur prix", a insisté Dominique Gaillard. "A l'issue des enchères, on décidera, en fonction du prix, si on décide de vendre ou de conserver."

"Il y a plusieurs alternatives au processus de vente, comme la mise en place d'un refinancement total ou partiel de la dette de TDF France ou l'introduction en Bourse."

Ardian s'est en revanche refusé à tout commentaire sur des discussions avec le groupe Air Liquide en vue de lui racheter les laboratoires Anios.

Edité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant