Arda, l'émancipation loin du pays

le
0
Arda, l'émancipation loin du pays
Arda, l'émancipation loin du pays

Longtemps demi-Dieu de Galatasaray, puis artiste du Vicente-Calderón, Arda Turan se retrouve aujourd'hui au FC Barcelone. Un parcours idéal qui, loin de faire des émules au pays, explique en partie la crise que traverse le ballon rond en Turquie.

Par définition, le tirage au sort fait la part belle au hasard. Une vérité des plus banales qu'Arda Turan apprend à détester depuis le 22 août dernier. Néo-barcelonais depuis cet été, il découvre alors que l'Atlético de Madrid, club qui l'a révélé sur la scène internationale, et le Galatasaray, où il a fait toutes ses gammes, se trouvent dans le même groupe de Ligue des champions. Un caprice du destin puisque, durant ses quatre saisons en rojiblanco, jamais il ne croise le chemin de son club formateur. Ce triptyque entre Istanbul, Madrid et Barcelone, le natif de Bayrampaşa - quartier populaire de la capitale turque - l'évoque déjà en janvier dernier alors qu'il milite toujours chez les Colchoneros : "En dehors de la Turquie, Galatasaray est plus à l'image de Barcelone en Espagne. L'Atlético de Madrid rappelle plus le Beşiktaş Istanbul. Économiquement, le Gala a plus d'argent que le Beşiktaş, comme le Barça par rapport à l'Atlético." Une analyse personnelle qui, aujourd'hui, se retrouve au cœur de l'actualité. Surtout, le parcours du capitaine de la sélection de Fatih Terim reste une exception au pays qui explique, pour beaucoup, le faible niveau du ballon rond turc.

Arda : "Les gens sont fous avec le football en Turquie"


Élément déclencheur dans l'histoire entre Arda Turan et le Galatasaray, Fatih Terim est un personnage central dans la carrière du Genio de Bayrampasa. "J'avais treize ans lorsque Fatih Terim est venu m'offrir mon premier contrat, se souvient l'intéressé. Il sentait que je pouvais être un bon joueur et je me suis senti mis en valeur. Fatih Terim nous a appris à n'avoir peur de personne, peu importe l'adversaire. La Turquie a appris de Fatih Terim qu'elle pouvait gagner. Avant lui, le football turc était bon, mais sans plus." Être bon ne suffit pas à Arda, pour qui le simple football turc n'est plus gage de progrès une fois la vingtaine passée. Indéboulonnable du Gala dès ses 19 ans, capitaine à partir de son 22e anniversaire, il stagne. Pis, la pression due au brassard se retourne contre lui : "Au Gala, quand nous perdions des matchs, les supporters disaient : "Arda, il faut que tu fasses ça et ça, que tu règles tel ou tel problème." La pression était beaucoup trop grande. En Turquie, les gens sont encore plus fous qu'ici…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant