Arda et ses idoles barcelonaises

le
0
Arda et ses idoles barcelonaises
Arda et ses idoles barcelonaises

Second et dernier renfort de l'été blaugrana, Arda Turan devra attendre six mois avant d'étrenner sa nouvelle tunique. Un mal nécessaire pour qu'il réalise son rêve : celui de jouer aux côtés de ses idoles et modèles, Iniesta et Messi.

Le millésime 2002 est à classer au rang des grands crus turcs. Demi-finaliste du Mondial asiatique, la sélection d'Hakan Şükür et Nihat Kahveci réalise cette année-là le plus grand exploit de son football. Une troisième place historique qu'Arda Turan aperçoit de loin. À peine âgé de quinze ans, il n'est alors qu'une promesse parmi tant d'autres à Galatasaray. Un statut qui lui permet, lors des rencontres à domicile de l'équipe fanion, de prendre place au bord du pré. Ramasseur de balles, il l'a ainsi été lors de la réception dans l'ancien et bouillant Ali Sami Yen du FC Barcelone. C'était un 19 mars, et les Catalans s'étaient alors imposés sur la plus petite des marges. Luis Enrique, bourreau d'un soir des Turcs, et Philippe Christanval, en offrant sa paire de gants au jeune Arda, restent les protagonistes d'une soirée inoubliable pour le gamin de Bayrampasa. Quelques années plus tard, ce même Lucho prend son combiné pour joindre un Arda Turan qui, malgré sa barbe, garde le même sourire juvénile. Quelques secondes lui suffisent pour faire son choix : désormais, Arda est blaugrana.

"Galatasaray est plus à l'image de Barcelone"


"En dehors de la Turquie, Galatasaray est plus à l'image de Barcelone en Espagne. L'Atlético de Madrid rappelle plus le Beşiktaş Istanbul. Économiquement, le Gala a plus d'argent que le Beşiktaş, comme le Barça par rapport à l'Atlético." En janvier dernier, Arda Turan, lunettes à la John Lennon sur le bout du nez et confortablement assis dans les travées du centre d'entraînement des Colchoneros, ne s'imaginait pas encore atterrir en Catalogne. Pour autant, son béguin pour le champion d'Europe en titre était déjà bien présent. Plus que les rayures blaugrana ou l'ambiance du Camp Nou, Arda Turan voit en Lionel Messi et Andrés Iniesta ses deux idoles footballistiques. "Iniesta, c'est mon joueur préféré qui évolue à la même position que moi, rectifiait-il alors. Pour moi, c'est le meilleur exemple. Et j'ai surtout beaucoup de respect pour lui. Une fois sur le terrain, nous sommes tous pareils. Le plus important pour un joueur, c'est de ne pas avoir d'égo, de le mettre de côté. Avoir une bonne mentalité est primordiale. Cela t'aide à grandir, à devenir meilleur, à trouver le bon chemin. Iniesta a tout ça."

Concernant la Pulga, la donne varie d'un iota. Selon…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant