Arctique : la Russie réclame 1,2 million de km² au nord de la Sibérie

le , mis à jour à 19:03
1
Arctique : la Russie réclame 1,2 million de km² au nord de la Sibérie
Arctique : la Russie réclame 1,2 million de km² au nord de la Sibérie

La Russie revendique plus d'un million de kilomètres carrés dans l'Arctique, soit près de deux fois la superficie de la France. Sa demande réitérée officiellement mardi aux Nations unies porte sur la dorsale de Lomonossov, une chaîne de montagne sous-marine qui s’étend de la Sibérie au Groenland, après que de nombreuses expéditions d'exploration des sols ont été menées ces dernières années

Moscou a en effet déjà prétendu en 2001 mériter la souveraineté sur ces 1,2 million de kilomètres carrés précisément. L'ONU avait alors demandé à la Russie d'apporter davantage de preuves pour appuyer sa requête. Le Groenland et le Canada affirment également que cette dorsale est le prolongement naturel de leurs plateaux respectifs.

Mais à qui appartient réellement l'Arctique, cette vaste région d'océan gelé (la banquise) et de terres très froides (la toundra) qui s'étend au nord du cercle polaire ? Une partie relève de l'ensemble des zones économiques exclusives (200 miles) appartenant aux huit pays que comprend la région, à savoir le Canada, les États-Unis (avec l'Alaska), le Danemark (par le Groenland), la Russie, la Norvège, la Suède, la Finlande et l'Islande, et l'autre des eaux internationales, sur lesquelles chaque Etats limitrophes peut avoir des vues, mais doit justifier toute prétention impérialiste auprès du Conseil pour l'Arctique créé en 1996 afin de discuter des questions de développement durable et de protection de l’environnement.

Qu'est-ce qui intéresse autant la Russie dans ce territoire extrême où vivent deux millions d'habitants (Inouits, Lapons...) ? La mise au jour de nouvelles richesses du fait du réchauffement climatique. La banquise soumise à la hausse des températures voit sa superficie réduire depuis plusieurs années. En 2012, elle est passée pour la première fois sous la barre des 4 millions de kilomètres carrés. Libérant de nouveaux fonds marins à explorer. 

Deux fois ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le mardi 4 aout 2015 à 17:53

    Si la Crimée est russe l'Arctique ne l'est pas !!!