Arche de Zoé : Éric Breteau et les "zozos de l'humanitaire"

le
1
Émilie Lelouch et son compagnon Éric Breteau, ici en 2007.
Émilie Lelouch et son compagnon Éric Breteau, ici en 2007.

Bousculé, poussé dans ses retranchements, Éric Breteau conteste, avec un certain bagout, les infractions qui lui sont reprochées. Sans pour autant convaincre la cour. Jugé en appel, avec sa compagne Émilie Lelouch, le président de L'Arche de Zoé est poursuivi pour avoir tenté d'exfiltrer du Tchad 103 enfants censés être des orphelins du Darfour. Le couple, qui doit répondre d'escroquerie, d'exercice illicite de l'activité d'intermédiaire à l'adoption et de tentative d'aide à l'entrée ou au séjour de mineurs en situation irrégulière, entend plaider la relaxe.

"Cette opération me paraissait totalement légale, sur le plan juridique comme sur le plan moral, explique à la barre le meneur de l'association. Je ne suis pas un criminel décidé à enfreindre les lois coûte que coûte." "Mais que faites-vous des réserves de Laurent Contini, conseiller de Bernard Kouchner (ancien ministre des Affaires étrangères, NDLR), qui, lorsqu'il vous reçoit en 2007, vous met en garde contre toute opération visant à ramener des enfants du Tchad et du Soudan en dehors des règles de droit ? demande le président Jean-Marc Heller. Et qui, après cet entretien, alerte le secrétariat général de l'Autorité centrale pour l'adoption internationale qui établit un signalement auprès du parquet. Une information judiciaire a d'ailleurs été ouverte pour exercice illicite d'activité intermédiaire en vue d'un placement ou de l'adoption d'enfants." Et d'ajouter : "Dans le...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4760237 le vendredi 22 nov 2013 à 12:49

    ces proches du NPA et du PS ne mesurent pas à quel point l'enlèvement d'enfant est une chose grave.