ArcelorMittal promet de ne pas licencier à Florange

le
0
Le directeur général du groupe en France, Hervé Bourrier, s'est expliqué auprès du gouvernement sur l'arrêt «temporaire» des deux hauts-fourneaux du site lorrain.

ArcelorMittal a du rendre des comptes. Hervé Bourrier, le directeur général du sidérurgiste en France, a été reçu ce mercredi par le ministre du Travail, Xavier Bertrand, et Éric Besson, le ministre de l'Industrie, pour faire le point sur le sort du site lorrain de Florange, dont les deux hauts-fourneaux ont été mis en veille. ArcelorMittal a annoncé la semaine dernière la fermeture «conjoncturelle, temporaire et provisoire», à compter du 3 octobre et pour une durée indéterminée, du deuxième haut-fourneau (P6) de ce site, qui compte 3000 salariés. Mi-août, l'arrêt du premier (P3)avait déjà été prolongé jusqu'à la fin de l'année au moins.

«Le groupe a pris à l'engagement de maintenir les investissements nécessaires au redémarrage du haut-fourneau de Florange dès lors que la demande repartira à la hausse», ont assuré les deux ministres dans un communiqué commun, suite à cet entretien. En effet, pour ArcelorMittal, c'est bien là que le bât blesse.

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant