ArcelorMittal et Marcegaglia proposent de reprendre Ilva

le
0

(Actualisé avec des précisions, contexte) par Maytaal Angel LONDRES, 26 novembre (Reuters) - ArcelorMittal ISPA.AS a soumis avec l'italien Marcegaglia une offre non contraignante sur le sidérurgiste Ilva, basé dans le sud de l'Italie, lueur d'espoir pour une aciérie notoirement déficitaire et empêtrée dans un scandale écologique. "Nous avons soumis une offre non contraignante en vue d'acquérir la totalité des opérations d'Ilva; nous sommes désireux de poursuivre les discussions avec le commissaire Gnudi concernant notre offre", a déclaré une porte-parole du premier sidérurgiste mondial. "Je suis en mesure de confirmer que l'offre d'ArcelorMittal-Marcegaglia a été soumise lundi dernier à l'administrateur d'Ilva Piero Gnudi. L'offre n'est pas contraignante et elle est valable 30 jours", avait dit auparavant un porte-parole de Marcegaglia, spécialisé dans la transformation de l'acier. Ilva, première aciérie européenne par la capacité de production, contrôlée par la famille Riva, a été placée sous tutelle par l'Etat italien l'an passé, afin de prendre en main les opérations de nettoyage du site. Elle est accusée d'être à l'origine de cancers et de maladies respiratoires anormalement fréquentes dans la région de Tarente en raison de ses émissions toxiques. Le site emploie plus de 16.000 salariés. Ilva produit des aciers plats destinés entre autres aux secteurs de l'automobile, de l'électroménager et de la construction navale. L'aciérie perd plusieurs dizaines de millions d'euros chaque mois et ni ArcelorMittal ni Marcegaglia n'ont indiqué le montant de leur offre ou donné des précisions sur leurs projets industriels et environnementaux. Le sidérurgiste italien Arvedi a soumis le mois dernier une manifestation d'intérêt non contraignante pour Ilva. La sidérurgie italienne est la deuxième d'Europe derrière celle de l'Allemagne mais ses difficultés ont poussé l'Etat à s'intéresser à son sort et à rechercher des associés étrangers. Estimer le prix de vente d'Ilva est difficile compte tenu de sa situation. Son endettement est de l'ordre de deux milliards d'euros et le sidérurgiste doit en outre investir 1,8 milliard d'euros pour répondre à de nouvelles normes écologiques. Ilva souffre d'une baisse de la demande depuis la crise financière de 2008. Son principal site a une capacité de production de plus de 11 millions de tonnes d'acier mais n'en a produit que 5,7 millions en 2013. (Bertrand Boucey et Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc Joanny)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant