ArcelorMittal éconduit l'UE et poursuit sa restructuration

le
1
ARCELORMITTAL POURSUIT SA RESTRUCTURATION SANS TENIR COMPTE DES DEMANDES DE L?UE
ARCELORMITTAL POURSUIT SA RESTRUCTURATION SANS TENIR COMPTE DES DEMANDES DE L?UE

par Julien Ponthus et Philip Blenkinsop

PARIS/BRUXELLES (Reuters) - Poursuivant son bras de fer avec les dirigeants de l'Union européenne, ArcelorMittal a refusé mardi de reporter la restructuration de ses aciéries à l'adoption prévue en juin d'un plan destiné à relancer la sidérurgie en Europe.

Cette fin de non recevoir intervient alors que François Hollande et le Premier ministre luxembourgeois Jean-Claude Juncker ont plaidé mardi à Paris pour la constitution d'un front commun afin d'empêcher le PDG d'ArcelorMittal de jouer un pays contre un autre dans les fermetures de sites.

"Il est impossible pour ArcelorMittal de retarder le déroulement de la phase d'information-consultation relative aux plans de restructuration", a déclaré dans un communiqué le numéro un mondial de l'acier, répondant ainsi par la négative à l'appel lancé mardi par le commissaire européen à l'Industrie.

"La situation économique en Europe est extrêmement fragile et cela a eu pour effet de considérablement diminuer la demande d'acier. Ne pas prendre de mesure pour répondre à cette situation ne ferait qu'affaiblir l'entreprise en Europe."

Le commissaire Antonio Tajani présidait mardi à Bruxelles une table ronde sur l'avenir du secteur avec 13 ministres de l'Industrie de l'Union européenne, dont le Français Arnaud Montebourg et ses homologues luxembourgeois et belge.

"Mittal est sur la sellette", a commenté sur son compte Twitter le ministre du Redressement productif.

L'absence mardi à Bruxelles de Lakshmi Mittal, victorieux en 2006 d'un raid sur Arcelor, a provoqué l'irritation de François Hollande et de Jean-Claude Juncker, dont le pays abrite le siège social du groupe.

Le Premier ministre luxembourgeois a jugé le comportement du milliardaire indien "pas convenable" et a promis qu'il n'échapperait pas à une confrontation.

"ON LE TROUVERA"

"On le verra, car on le trouvera", a indiqué le président sortant de l'Eurogroupe, lors d'une conférence de presse organisée à l'Elysée avec François Hollande.

ArcelorMittal, représenté à Bruxelles par le directeur général de sa division Acier plat en Europe, a défendu le choix de Lakshmi Mittal de ne pas s'être déplacé.

"La présence de Monsieur Himpe à cette rencontre est tout à fait adaptée", a jugé le groupe qui revendique un "dialogue ouvert et régulier avec les gouvernements européens".

Le président français a appelé les pays européens à faire front commun face au numéro un mondial de l'acier.

"Nous devons veiller à parler ensemble, belges luxembourgeois, français pour éviter qu'en l'occurrence Mittal n'utilise les relations bilatérales pour dire à certains ce qu'ils veulent entendre", a déclaré François Hollande qui se rendra jeudi en Inde, pays dont est originaire Lakshmi Mittal, pour une visite d'Etat.

En Belgique, l'aciériste est sous le feu des critiques après avoir annoncé fin janvier la fermeture d'une cokerie et de six lignes de production à Liège, une décision qui s'ajoute à la fermeture sur le même site de deux hauts-fourneaux et de la fonderie annoncée en octobre 2011.

Au Luxembourg, ArcelorMittal a suspendu pour une période indéterminée les activités de son four à arc de Schifflange.

Le dossier ArcelorMittal a causé une crise au sein du gouvernement français en 2012 quand Arnaud Montebourg, qui plaidait pour la nationalisation du site de Florange, a failli démissionner après avoir été désavoué par Jean-Marc Ayrault.

Le Premier ministre a préféré signer un accord autorisant la fermeture des hauts-fourneaux en échange d'investissements sur les activités de laminage vus avec scepticisme par les syndicats.

Avec Julien Dury, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • cameo le mardi 12 fév 2013 à 20:44

    C'est d'ailleurs pour ça qu la france viens d'authoriser Mittal à vendre du gaz en France, Oui vous avez bien lu .... (cf Challenge N° 331 du 7 au 13 févrire 2013 1ere page )Voilà comment la France remercie Mittal de ses mensonges et du démontage des ses entreprises ( tapie est un gamin à coté de note Indien )... On croit rêver !!!!