Arbitrage Tapie : Christine Lagarde renvoyée devant la justice

le , mis à jour à 15:04
3
Arbitrage Tapie : Christine Lagarde renvoyée devant la justice
Arbitrage Tapie : Christine Lagarde renvoyée devant la justice

La Cour de cassation a validé ce vendredi le renvoi en procès de Christine Lagarde. La directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) devra être jugée dans l'affaire de l'arbitrage Tapie pour le délit de négligence, ayant permis un détournement de fonds publics. 

 

En 2008, cet arbitrage, une sentence privée, a alloué 404 millions d'euros à Bernard Tapie pour mettre fin au litige de l'homme d'affaires avec l'ancienne banque publique Crédit lyonnais sur la vente d'Adidas, en 1994.

 

La Cour de cassation a rejeté le pourvoi de l'ancienne ministre de l'Économie, qui a été renvoyée en décembre en procès devant la Cour de justice de la République (CJR), instance habilitée pour juger les délits commis par des membres de gouvernement dans l'exercice de leurs fonctions. Dans la foulée de cette décision, le FMI a renouvelé «sa confiance» en sa directrice générale.

 

Son avocat assure qu'elle sera blanchie

 

Dans une déclaration à l'AFP, son avocat Patrick Maisonneuve a regretté cette décision, tout en prévenant que la Cour de cassation n'avait «en rien tranché la question de fond de la responsabilité de Christine Lagarde». «Ce débat aura lieu devant la CJR et je suis convaincu que cette dernière écartera toute responsabilité de Madame Lagarde», a-t-il ajouté.

 

D'un côté, les juges d'instruction, qui suspectent un «simulacre» organisé pour favoriser l'homme d'affaires, ont achevé leur enquête. Six protagonistes sont mis en examen pour escroquerie en bande organisée et détournement de fonds ou complicité, dont Bernard Tapie, son avocat Maurice Lantourne, et l'un des trois arbitres, Pierre Estoup. L'ex-directeur de cabinet de Christine Lagarde à Bercy, Stéphane Richard, est aussi mis en examen. Au civil, l'arbitrage a été annulé pour fraude par la cour d'appel de Paris, décision confirmée par la Cour de cassation.

 

Ce que la justice lui ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2286010 il y a 5 mois

    Délit de négligence ! C'est nouveau, ça vient de sortir...Déjà que l'on n'est pas condamné pour une dizaine de cambriolages, alors pour négligence !!!

  • jfvl il y a 5 mois

    Pauvre "justice" politique

  • M1084720 il y a 5 mois

    Parler de "précipitation " dans cette affaire est vraiment comique, quel humour ces Juges!