Arbitrage : Platini ouvre la porte à la vidéo... pour le hors-jeu

le
0
Arbitrage : Platini ouvre la porte à la vidéo... pour le hors-jeu
Arbitrage : Platini ouvre la porte à la vidéo... pour le hors-jeu

Le pas en avant de Michel Platini. Opposant farouche et historique à l?instauration de l?arbitrage vidéo dans le football, le président de l?UEFA ouvre la porte à l?assistance technologique. Dans un entretien accordé à Ouest-France, à paraître mercredi, il estime que la vidéo pourrait être utile, mais seulement pour juger le hors-jeu. « Il n?y a qu?une chose de compliquée, pour laquelle on aurait peut-être besoin de la vidéo, je dis bien peut-être, c?est le hors-jeu, assure l?ancien numéro 10 des Bleus. Car c?est très difficile à juger pour les arbitres. » Mais il admet que la mise en place d?un système fiable serait très compliquée. « Il faudrait mettre une caméra sur le gars qui appuie sur le bouton, pour savoir quand part le ballon ! Donc je n?y crois pas. »

Instigateur de l?arbitrage à cinq, utilisé dans les Coupes d?Europe et dans certains championnats européens, comme en Italie, Platini en profite pour défendre sa réforme. Il égratigne au passage Sepp Blatter, président de la FIFA. « Monsieur Blatter dit que cinq arbitres, c?est cher. Dans nos compétitions UEFA, on a 78 stades. Si on veut mettre la technologie sur la ligne de but, rien que ça, ça nous coûte 32 millions d?Euros la première année et 54 millions sur cinq ans. Les arbitres, ça nous coûte 2,3 millions. Le calcul est vite fait? Ce sont les télévisions qui poussent à l?arbitrage vidéo pour qu?on paye. Par ailleurs, comme je l?ai déjà dit, ça va à l?encontre du jeu. Et puis mettre ça sur la ligne de but, c?est la porte d?entrée à la vidéo dans le football d?une façon plus générale. Je suis contre tout ça. »

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant