Arbitrage des défensives pour les banques : les marchés tournent la page de la crise

le , mis à jour le
0
«Comme toujours, les marchés ont été prompts à réagir à l'accélération de la croissance mondiale et aux perspectives de remontée des taux courts américains.» (© DR)
«Comme toujours, les marchés ont été prompts à réagir à l'accélération de la croissance mondiale et aux perspectives de remontée des taux courts américains.» (© DR)

Malgré l’incertitude liée à la présidentielle américaine, dont témoigne la remontée du Vix au-dessus de 20, les investisseurs ont massivement arbitré durant octobre les valeurs défensives au profit des valeurs bancaires. C’est une très bonne nouvelle, car les marchés expriment ainsi leur confiance dans la pérennité de la reprise et dans la fin prochaine de conditions monétaires d’exception.

Les taux nuls ont en effet pesé sur la rentabilité des Banques, tandis qu’ils faisaient apparaître les Défensives comme des alternatives aux emprunts d’Etat. L’économie leur donne raison. Le PMI mondial signale une accélération de la croissance en octobre. La remontée mécanique de l’inflation couplée à la poursuite de la baisse du taux de chômage ne laisse guère le choix à la Fed que de normaliser ses taux.

Les investisseurs arbitrent les Défensives surévaluées au profit des Banques sous-évaluées…

Par Défensives, on n’entend pas seulement des valeurs qui ne sont pas liées au cycle économique comme les cosmétiques, l’agro-alimentaire…, mais aussi des valeurs inélastiques aux prix (le luxe), des valeurs de croissance comme les « techno », aux revenus récurrents (concessions) etc… Les prises de profit ont été impressionnantes pour certaines d’entre elles, qui avaient en commun d’être survalorisées cotant jusqu’à 30 fois les résultats futurs.

En revanche, d’autres

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant