Arakel : "L'intérêt financier ne doit pas primer sur le challenge"

le
0
Il est important d?être animé par l?envie, la passion et que l?intérêt financier ne prime pas directement au profit du challenge que l?on relève explique Joseph Arakel
Il est important d?être animé par l?envie, la passion et que l?intérêt financier ne prime pas directement au profit du challenge que l?on relève explique Joseph Arakel

Dernière ligne droite pour le forum ÉcoRévolutions de Nancy organisé par Le Point. Les travées du centre Prouvé ne désemplissent pas au fil des conférences. L'une d'elles a d'ailleurs réuni deux jeunes à la tête de start-up (Never Eat Alone et Microdon) et Joseph Arakel. « Je n'étais pas brillant à l'école, j'avais envie de rentrer dans la vie active », explique-t-il d'entrée. Le transport le passionne : il achète une camionnette et lance son entreprise en 1974. Désormais, il est à la tête du groupe Tempo One, fort de près de 500 salariés et 120 millions d'euros de chiffre d'affaires.

Le Point : La conférence à laquelle vous participez s'intitule « Peut-on réussir autrement ? ». Que cela vous inspire-t-il ?

Joseph Arakel : C'est un sujet délicat, la réussite ne peut être que momentanée. Il n'y a rien d'acquis. On peut dire qu'il peut y avoir une ascension et des circonstances positives qui vous projettent, en accord avec les idées que vous avez. Mais la réussite définitive, personne ne peut la prévoir.

Vous avez débuté avec une seule camionnette et vous êtes désormais à la tête d'un groupe de près de 500 salariés. Prenez-vous toujours du plaisir dans vos fonctions ?

Le plaisir est dans la création, dans l'apport de solutions à des clients. C'est...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant