Arafat : de nouveaux éléments accréditent la thèse de l'empoisonnement

le
1
L'ancien président de l'Autorité palestinienne et sa femme Souha en 2004.
L'ancien président de l'Autorité palestinienne et sa femme Souha en 2004.

Les analyses des échantillons prélevés sur la dépouille du dirigeant historique palestinien Yasser Arafat par un laboratoire suisse soutiennent l'hypothèse d'un empoisonnement au polonium, selon une copie du rapport diffusée mercredi par la chaîne qatarie Al Jazeera. La chaîne qui publie le rapport in extenso affirme que les échantillons prélevés sur le corps d'Arafat montrent des taux de polonium 18 fois plus élevés que la normale. "Les scientifiques disent être sûrs à 83 % que le leader palestinien a été empoisonné avec du polonium, ce qui, selon leurs termes, "soutient modérément" l'hypothèse du polonium comme cause de la mort".Plus catégorique que les chercheurs suisses, la veuve d'Arafat a affirmé, au vu de ces résultats, qu''"il s'agit d'un vrai crime, d'un assassinat politique"."Cet homme a été tué"Ce rapport "confirme tous nos doutes", a-t-elle ajouté après avoir rencontré des experts suisses, l'une des trois équipes de légistes chargés d'effectuer des examens. "Il est scientifiquement prouvé qu'il n'est pas mort de mort naturelle et nous avons la preuve scientifique que cet homme a été tué". Souha Arafat n'accuse aucun pays ou individu en particulier, mais souligne que le leader historique de l'Organisation pour la libération de la Palestine (OLP), qui signa en 1993 un accord de paix intérimaire à Oslo avec Israël, mais mena ensuite une révolte en 2001 lorsque d'autres pourparlers échouèrent, avait beaucoup...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • LeRaleur le mercredi 6 nov 2013 à 20:03

    Il a suffisamment empoisonné les autres durant sa vie.