Arabie saoudite : le roi écarte son ministre du Pétrole, homme fort de l'Opep

le
0
Arabie saoudite : le roi écarte son ministre du Pétrole, homme fort de l'Opep
Arabie saoudite : le roi écarte son ministre du Pétrole, homme fort de l'Opep

Le ministre saoudien du Pétrole, Ali al-Nouaïmi, l'homme le plus influent au sein de l'Opep, a été limogé samedi par un décret royal. Il a été remplacé par Khaled al-Faleh, nommé ministre de l'Energie, de l'Indutrie et des Ressources minières, selon la décision du roi Salmane qui a procédé à un large remaniement de son gouvernement.

Annoncé par la télévision d'Etat El-Ikhbariya, le  limogeage d'Ali al-Nouaïmi, en poste depuis 1995, intervient alors que l'Arabie saoudite, premier exportateur mondial de brut, poursuivait depuis près de deux ans une politique pétrolière ayant conduit à un effondrement des cours sur les marchés internationaux.

Le ministre déchu, qui a toujours pesé de son poids pour influencer la politique de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), aurait fait savoir dès le début de cette année qu'il souhaitait partir à la retraite à l'occasion du remaniement ministériel de mai, avait rapporté en janvier le Financial Times, citant des sources industrielles énergétiques.

Nouvelle hausse des cours du pétrole

Les cours du pétrole brut ont encore fini en légère hausse vendredi, à la faveur d'un affaiblissement du dollar. Le cours du baril de référence (WTI) pour livraison en juin a gagné 34 cents à 44,66 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), ce qui le laisse en baisse de près de 3% sur la semaine, et interrompt une série de quatre progressions hebdomadaires consécutives. En baisse à l'ouverture, les cours se sont redressés une fois que les investisseurs ont estimé que les chiffres sur l'emploi aux Etats-Unis, bien plus médiocres que prévu, écartaient le risque d'une prochaine hausse des taux d'intérêt, ce qui a fait baisser le dollar. Tout affaiblissement du dollar favorise les acheteurs de brut munis d'autres devises, les échanges étant libellés en billets verts.

Par ailleurs, les feux de forêt et de broussailles continuaient à faire rage dans la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant