Arabie saoudite: des usagers annoncent le retour de la messagerie Viber

le
0
Arabie saoudite: des usagers annoncent le retour de la messagerie Viber
Arabie saoudite: des usagers annoncent le retour de la messagerie Viber

Des utilisateurs de la messagerie Viber ont indiqué samedi que celle-ci était de nouveau disponible sur leurs téléphones en Arabie saoudite où elle reste interdite selon les autorités.Le royaume conservateur, qui impose une censure stricte sur internet, avait coupé l'accès au service Viber, qui permet d'effectuer gratuitement des appels téléphoniques, pour manquement à des règlements non spécifiés.Après une notification du fabricant de son téléphone, un usager, Haïfa Salim a indiqué avoir "mis à jour l'application (Viber) et elle a marché"."Le service est revenu, sans aucun problème", renchérit Khaled Mohammed, qui a lui aussi installé une mise à jour. Mais la Commission saoudienne des technologies de l'information et de la communication (CITC) a assuré que l'interdiction restait valable."Peut être y-a-t-il des moyens illégaux pour la compagnie Viber de fournir l'application, mais la Commission se charge de cela" a indiqué le porte-parole de la CITC, Sultan al-Malek. "La CITC n'a pas levé l'interdiction car la compagnie ne respecte toujours pas les exigences de la commission".Les autorités ont demandé aux fournisseur d'accès de mettre sur pied un mécanisme permettant une censure, avaient indiqué des sources au sein de ces entreprises lorsque l'interdiction a été imposée.La commission avait prévenu au printemps qu'elle prendrait "les mesures appropriées" si les fournisseurs de messagerie électronique --WhatsApp, Skype ou Viber-- ne se conformaient pas à ses demandes. WhatsApp et Skype restent opérationnels en Arabie saoudite.En 2010, les autorités saoudiennes et les Emirats arabes unis voisins avaient menacé d'interdire la messagerie BlackBerry, réclamant que le fabricant canadien de téléphones installe des serveurs locaux leur permettant d'exercer une censure. BlackBerry a continué à fonctionner, sans que l'on sache à quel point la compagnie s'est soumise aux ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant