Arabie-Des experts de l'Onu au secours d'un poète condamné à mort

le
0
    GENEVE, 3 décembre (Reuters) - L'exécution prévue en 
décembre du poète palestinien Ashraf Fayadh, condamné à mort 
pour apostasie en Arabie saoudite, serait "arbitraire et donc 
illégale", ont estimé jeudi plusieurs experts de l'Onu.  
    Arrêté une première fois en août 2013 et relaxé, il a été à 
nouveau interpellé le 1er janvier 2014 et inculpé d'apostasie 
puis condamné à 800 coups de fouets et quatre ans de prison, une 
peine qui a donc été alourdie en appel, le mois dernier.  
    "La promotion de réactions d'une telle violence à une forme 
légitime d'opinion et d'expression a un effet saisissant pour 
toute la société saoudienne", écrit David Kayne, rapporteur 
spécial de l'Onu pour la liberté d'expression, dans un 
communiqué cosigné par Christof Heyns, son homologue pour les 
exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires, et quatre 
experts indépendants.  
    La peine de mort, soulignent-ils, a été prononcée sur la foi 
des poèmes de l'artiste et de la déposition d'un unique témoin, 
qui dit l'avoir entendu tenir des propos blasphématoires dans un 
café. En première instance, le tribunal avait classé l'affaire, 
jugeant que ce témoin avait des comptes à régler avec le 
prévenu.  
    Ashraf Fayadh "va être exécuté sur la foi d'éléments 
apparemment infondés et après un procès inéquitable parce qu'il 
a exercé son droit à la liberté d'expression", ajoute Christof 
Heyns. 
    Le système judiciaire saoudien est fondé sur la charia et 
les juges sont des religieux issus de l'école wahhabite, une 
interprétation rigoriste de l'islam dans laquelle le blasphème 
et le renoncement à la foi musulmane sont passibles de la peine 
de mort.  
     
     
 
 (Tom Miles, Jean-Philippe Lefief pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant