Aquilino Morelle : le cave se rebiffe !

le
0
Aquilino Morelle, éconduit il y a un an, contre-attaque dans Le Parisien.
Aquilino Morelle, éconduit il y a un an, contre-attaque dans Le Parisien.

La justice vient de classer sans suite les accusations de prise illégale d'intérêts dont il était l'objet. Lorsqu'il était à l'Igas Aquilino Morel avait, selon Mediapart, parallèlement effectué des missions rémunérées pour un laboratoire danois. La justice et la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique viennent de le blanchir, affirme cet ancien conseiller écouté de François Hollande. Le Conseil de l'ordre des médecins l'a entendu le 8 juillet dernier et "sa présidence n'a pas relevé le moindre manquement déontologique", affirme ce médecin de formation. Dans une longue interview au Parisien, il sort de son silence et accuse sans détour...

"Aux yeux du cercle historique des hollandais, élus et collaborateurs, j'étais un adversaire. Je représentais une ligne politique qui n'était pas la leur. J'étais un empêcheur de hollandiser en rond... Ils ont décidé de m'abattre." À la question "Pardonnez-vous à ceux qui vous ont attaqué ?", Aquilino Morelle est catégorique : "À ceux-là, jamais. Ils se sont abaissés à un niveau indigne. Ils se sont salis en agissant comme ils l'ont fait et ont montré leur vrai visage."

Absence de consistance politique

Sur la nouvelle équipe qui entoure le président à l'Élysée, l'ancien homme de l'ombre n'est pas plus aimable. "Ce n'est pas une injure à cette équipe que de souligner son absence de consistance politique. C'est même précisément pour cette raison qu'elle a été...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant