Aquilino Morelle : la honte et le déshonneur !

le
1
Aquilino Morelle.
Aquilino Morelle.

Sur le fond des choses, le plus grave dans l'enquête que consacre Mediapart à Aquilino Morelle repose bien entendu sur les conseils ou les études que ce cadre de l'Igas (Inspection générale des affaires sociales) a facturés en 2002 au laboratoire américain Lilly puis au danois Lundbeck en 2007. Lorsqu'on est haut fonctionnaire, ancien conseiller technique chargé du médicament (comme Jérôme Cahuzac, tiens, tiens !), ces missions sont contestables, voire suspectes... Le site explique également qu'après 2007, Sanofi et les laboratoires Servier ont ainsi reçu sa candidature pour un job stable. "Aquilino Morelle cherche un emploi à plein temps. Ou plus exactement une rémunération, pour accompagner son parcours politique", dénonce Mediapart. Or, Morelle fut l'un des rédacteurs les plus sévères du rapport instruit contre le Mediator, médicament des laboratoires Servier. On espère que l'ex-conseiller politique de François Hollande n'a pas "chargé la mule" pour se venger de son offre d'emploi restée sans suite... Cette connivence entre les grands laboratoires pharmaceutiques, les groupes de conseil en communication, la haute fonction publique et la sphère politique reste un poison lent et de plus en plus délétère. Sur le fond donc, ces liaisons dangereuses méritent des clarifications et sans doute des sanctions. La défense de l'accusé est pathétique : il ne retrouve pas l'avis favorable que l'Igas lui aurait rendu, l'autorisant ainsi à...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le vendredi 18 avr 2014 à 11:00

    Ca fait deux ans qu'on touche le fond, mais avec les socialos le fond est toujours en dessous du fond !!!!