Aquilino Morelle : "Je n'ai commis aucune faute"

le
1
Aquilino Morelle quittant l'Élysée, le 5 mars dernier.
Aquilino Morelle quittant l'Élysée, le 5 mars dernier.

Le moins que l'on puisse dire, c'est que François Hollande a retenu les leçons de la calamiteuse affaire Cahuzac. Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande mis en cause par Mediapart pour ses relations troubles avec l'industrie pharmaceutique, a présenté sa démission vendredi matin au chef de l'État. Qui ne s'est pas fait prier pour l'accepter. "Je veux redire que je n'ai commis aucune faute, affirme M. Morelle dans un communiqué à l'AFP. Il souhaite toutefois "mettre fin à (ses) fonctions" de conseiller du président pour "être libre de répondre (aux) attaques". "Depuis 48 heures, je dois faire face à des insinuations et des allégations qui visent à mettre en cause mon honneur. (...) Je n'ai jamais été en situation de conflit d'intérêts", assure-t-il. "Néanmoins, j'ai décidé de mettre fin à mes fonctions de conseiller à la présidence de la République, poursuit-il pour pouvoir être "entièrement libre de répondre à ces attaques". Aquilino Morelle indique également avoir pris sa décision "pour ne pas gêner l'action du président de la République, du gouvernement et de la majorité, dans un moment particulièrement difficile de la vie du pays". "Je le fais, enfin, pour protéger ma famille", conclut-il. Selon le site d'information Mediapart, le conseiller élyséen a touché en 2007 12 500 euros d'un laboratoire danois, Lundbeck, alors qu'il était à l'Igas (Inspection générale des affaires sociales). Vendredi,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bordo le vendredi 18 avr 2014 à 15:58

    Et en plus il se moque de nous !