Aquilino Morelle à Hollande : "Tu m'abandonnes, tu es vraiment un salaud"

le
0
L'ancien conseiller du président de la République a tenté de sauver son poste.
L'ancien conseiller du président de la République a tenté de sauver son poste.

Le Canard enchaîné de ce mercredi révèle les coulisses du départ éclair d'Aquilino Morelle après les révélations du journal Mediapart sur un supposé conflit d'intérêts avec l'industrie pharmaceutique lorsqu'il était rapporteur pour l'Igas, ainsi que sa passion inavouée pour les chaussures bien brillantes. Dès la parution de l'article, le conseiller du président Hollande Aquilino Morelle a été poussé à la démission par ce dernier. "Quand il a lu l'article, François (Hollande) a tout de suite tranché : ce n'était tenable ni pour Hollande ni pour Valls. C'était une bombe. François a dit à Aquilino qu'il avait le choix entre démissionner et être viré", aurait expliqué le nouveau secrétaire général de l'Élysée, Jean-Pierre Jouyet, selon le journal. "Il y a des chiens qui courent après moi"Convoqué par le président le 17 avril, jour de la sortie de l'article, en fin de journée, l'ancien conseiller est bien décidé à se battre pour sauver sa place. Il réfute les accusations de conflit d'intérêts avec les laboratoires pharmaceutiques et admet avoir fait venir le cireur du Bon Marché à l'Élysée, mais une seule fois, parce qu'il était "pressé", selon l'hebdomadaire. Pas suffisant pour faire changer d'avis le chef de l'État. Aquilino Morelle éructe : "Tu m'abandonnes ! Alors qu'il y a des chiens qui courent après moi, tu m'abandonnes. Tu es vraiment un salaud !"Le lendemain, après un nouvel entretien...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant