Après Vienne, Paris réunira ses alliés sur la Syrie

le
2

PARIS, 23 octobre (Reuters) - La France réunira la semaine prochaine à Paris ses alliés allemand, britannique, américain et saoudien sur le dossier syrien, une configuration qui écarte à ce stade les Russes et les Iraniens, a annoncé vendredi Laurent Fabius. Dans le même temps, Paris déposera au milieu de la semaine une résolution à l'Onu pour faire interdire en Syrie le largage de barils d'explosifs sur les populations civiles, a ajouté le ministre des Affaires étrangères. "Il faut faire en sorte que le régime (de Bachar al Assad) arrête de bombarder les populations civiles", a-t-il dit après avoir reçu l'envoyé spécial du secrétaire général des Nations unies pour la Syrie, Staffan de Mistura. Alors que Moscou a avancé ses pions sur le théâtre d'opérations syrien, les chefs de la diplomatie russe, américaine, turque et saoudienne se sont retrouvés vendredi à Vienne pour chercher une sortie de crise en Syrie. Ni la France, ni l'Allemagne n'ont été conviées à cette rencontre diplomatique inédite. La réunion voulue par Paris se tiendra au niveau des ministres des Affaires étrangères. Outre la nécessité de trouver une solution politique, Laurent Fabius évoquera le projet de résolution française visant à protéger les populations civiles. Il a réitéré la position française selon laquelle une solution politique "ne peut pas passer" par le fait que le dirigeant syrien "soit l'avenir de la Syrie". "Il faut être clair sur le fait qu'une solution politique doit conduire à ce qu'il y ait une autre perspective que quelqu'un qui est un criminel contre l'humanité", a-t-il dit. Staffan de Mistura s'est rendu à Moscou puis à Washington pour tenter de rapprocher les deux capitales en vue d'une solution politique au conflit. Il a reconnu vendredi à Paris qu'actuellement, "le dynamisme est militaire" par allusion à l'intervention russe, mais a insisté sur le fait que les volets militaires et diplomatiques devaient "marcher ensemble". "Donc, c'est le moment d'accélérer (la diplomatie), en utilisant peut-être aussi le fait que la Russie a beaucoup d'influence actuellement en Syrie", a-t-il dit. (Gérard Bon, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bernm le vendredi 23 oct 2015 à 16:45

    Mais pourquoi Hollande deteste tellement Poutine et fait tout pour se mettre la Russie a dos?N'empeche que pour le momnet, c'est la Russie qui fait le boulot, donc l'avis de la France qui a fait 2 frappes en 1 mois.....

  • aerosp le vendredi 23 oct 2015 à 16:23

    On comprend bien que ce n'est pas Hollande qui veut riposter à la réunion d'aujourd'hui avec les Russes. Les gens de l'ombre agissent à sa place depuis bien longtemps.