Après un krach-éclair, la crédibilité du bitcoin une nouvelle fois en question

le
0
Après un krach-éclair, la crédibilité du bitcoin une nouvelle fois en question
Après un krach-éclair, la crédibilité du bitcoin une nouvelle fois en question

Le bitcoin a une fois encore vu sa fiabilité entamée avec un effondrement de plus de 30% de son cours en quelques minutes, à l'heure où les régulateurs s'interrogent sur le développement de cette monnaie virtuelle.Lundi, sur la plateforme d'échange bulgare BTC-e, le cours du bitcoin est passé d'un plus haut de 497 dollars à 309 dollars, soit un plongeon de 37%, avant de se rétablir autour de 440 dollars à la clôture.Mardi, le bitcoin s'échangeait autour de 480 dollars, selon l'indice CoinDesk, qui fait la moyenne des cours sur les principales plateformes d'échange.D'autres baisses ont été observées sur les principales plateformes d'échange (Bitstamp, Huobi ou OKCoin) mais sans comparaison avec celles de BTC-e, selon le co-fondateur de la Maison du Bitcoin, Thomas France, qui estime que "les autres places ont plutôt bien résisté". Mouvement de panique ou manipulation de marché? Si les causes exactes de cet effondrement restent inconnues, certains analystes du site spécialisé CoinDesk pointent du doigt la réaction en chaîne d'investisseurs pris de cours et cherchant à se protéger du mouvement baissier en train de se produire.Ce n'est pas la première fois que cette plate-forme connaît un "flash crash", référence au plongeon de près de 1.000 points de l'indice vedette américain Dow Jones en 2010, à la suite d'un ordre mal formulé. En février, le cours du bitcoin avait plongé sur BTC-e de 500 dollars en une minute, passant de 600 à 100 dollars.La semaine dernière, un autre site d'échange, la plateforme BitFinex, a vu le cours du bitcoin plonger de 50 dollars en une minute. Certains analystes pointent les spéculateurs qui cherchent à faire baisser les cours pour pouvoir racheter du bitcoin à meilleur prix. - Produits dérivés - "Le problème ne vient pas du bitcoin mais des plateformes d'échange où il y a des mouvements spéculatifs, avec l'apparition de produits dérivés", estime Thomas ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant