Après Uber, des avocats britanniques s'attaquent à Deliveroo

le
0
    LONDRES, 9 janvier (Reuters) - Un cabinet d'avocats 
britanniques qui a obtenu de la justice que des chauffeurs 
d'Uber soient requalifiés en salariés a annoncé lundi une action 
comparable contre la société Deliveroo, spécialisée dans la 
livraison de repas à domicile. 
    "Nous allons plaider que Deliveroo n'a aucune justification 
raisonnable pour arguer que ses coursiers sont des 
sous-traitants indépendants et qu'elle devrait immédiatement 
garantir qu'ils soient au moins payés au salaire minimum et 
bénéficient de congés payés", a déclaré Annie Powell, avocate du 
cabinet Leigh Day. 
    En octobre, deux chauffeurs représentés par ce cabinet 
d'avocats ont obtenu en justice d'être considérés comme des 
salariés d'Uber  UBER.UL , une décision que la plateforme de 
mise en relation entre chauffeurs privés et clients entend 
contester en appel. 
    Deliveroo, lancé en 2013 en Grande-Bretagne et qui a essaimé 
depuis à l'étranger, fonctionne sur le même modèle en mettant en 
relation restaurateurs, coursiers indépendants et clients et se 
rémunère à la commission. 
    En août, elle a suscité un mouvement de contestation en 
annonçant que ses coursiers ne seraient plus payés à l'heure, 
mais à la livraison. Elle a depuis rétropédalé, indiquant que 
ses livreurs pourraient refuser ce nouveau système de 
rémunération.  
    D'après la direction de Deliveroo, les coursiers 
indépendants qui travaillent pour elle gagnent en moyenne plus 
que le salaire minimum en Grande-Bretagne (à 7,20 livres de 
l'heure pour les plus de 25 ans, soit environ 8,30 euros). 
 
 (Costas Pitas; Henri-Pierre André pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant