Après son geste politique, l'athlète éthiopien ne rentrera sûrement pas dans son pays

le , mis à jour le
0
Le geste militant de Feyisa Lilesa qui pourrait lui coûter la vie.
Le geste militant de Feyisa Lilesa qui pourrait lui coûter la vie.

L'Éthiopien Feyisa Lilesa, médaillé d'argent du marathon des Jeux olympiques, ne rentrera pas en Éthiopie en dépit des garanties données par les autorités qu'il ne serait pas puni après ses critiques à l'encontre de la politique menée par le gouvernement, a estimé son agent mardi. « Je ne pense pas qu'il reviendra en Éthiopie. Il y a beaucoup de gens qui disent que ce ne serait pas bon pour lui », a confié à l'Agence France-Presse son agent Federico Rosa.

En franchissant en 2e position la ligne d'arrivée du marathon, l'athlète éthiopien Feyisa Lilesa en a profité pour manifester son opposition au régime autoritaire de son pays : il a mimé des poignets menottés, comme le font les manifestants de son ethnie, les Oromos, ainsi que les Amharas, qui s'opposent au gouvernement. Lucide sur les conséquences de son geste, le jeune sportif de 26 ans sait à quoi s'en tenir : « Je vais peut-être être tué en rentrant en Éthiopie », a-t-il déclaré en conférence de presse. Prudent, il a expliqué qu'il chercherait à rester au Brésil, avant de rallier le Kenya ou les États-Unis. Mais il a assumé son geste : « L'Éthiopie a beaucoup d'ethnies. Certaines ont été privées de leurs terres, tuées par le gouvernement. On défend nos droits, on veut la paix, la démocratie. »

« Il risque d'être emprisonné ou plus... »

Roland Marchal, spécialiste de la Corne de l'Afrique...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant