Après six siècles, la dernière mine d'ardoise de France s'efface

le
0
Faute d'avoir mis à jour d'autres veines d'ardoise, la mine de Trélazé, dans le Maine-et-Loire, ferme.

Les filons les plus généreux ne sont pas éternels. La semaine dernière, les ultimes blocs d'ardoise ont été extraits de la mine de Trélazé (Maine-et-Loire) ouverte en... 1406. «Notre ressource est tarie, la nature nous a donné tout ce qu'elle avait.» Directeur général des Ardoisières d'Angers, Philippe Dufour n'accuse ni les 35 heures, ni les charges sociales trop élevées, et encore moins la concurrence chinoise. Après six siècles d'exploitation, mère Nature a présenté l'addition. La filiale d'Imerys s'est retrouvée sur le carreau, faute d'avoir mis au jour d'autres veines d'ardoise à proximité.

Couverture chic des châteaux de la Loire ou des belles demeures bourgeoises charentaises, l'ardoise de Trélazé a inexorablement vu sa production décliner, tant en quantité qu'en qualité. La situation financière s'est révélée insupportable: 17 millions de per...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant