Après sa démission, Thierry Lepaon a pensé mettre fin à ses jours

le
30
Après sa démission, Thierry Lepaon a pensé mettre fin à ses jours
Après sa démission, Thierry Lepaon a pensé mettre fin à ses jours

Depuis sa démission forcée, le 7 janvier dernier, Thierry Lepaon avait choisi de se taire. Après trois mois de crise intense et de révélations sur son train de vie (rénovation de son bureau, prime de départ de la CGT Basse-Normandie, niveau de salaire), l'ex-patron de la CGT avait fait profil bas. 

L'enquête interne de la CGT qui l'a pourtant dégagé de toute responsabilité concernant la surfacturation des travaux de ses bureaux, n'a pas suffit à laver l'honneur de Thierry Lepaon. «Ca laisse des traces dans la tête. On se demande si pour en sortir la solution c'est pas de mettre fin à ses jours», confiait l'ancien secrétaire général au micro de France Info, vendredi. 

«J'ai vécu l'enfer. L'enfer peut vous conduire à faire des choses qui sont inéluctables, je suis passé juste à côté.» S'il s'estime miraculé, Thierry Lepaon ne cache pas pour autant son amertume : «Je ressens de la colère et de l'injustice.» Il impute ses mésaventures à neuf membres de CGT, neuf «traîtres» qui auraient tout fait pour le faire couler. «Je sais en grande partie quelles sont les neuf personnes qui sont allées, le même jour à la même heure, dans les trois journaux qui ont parlé pendant plusieurs semaines des affaires. Sur les neuf, j'en connais sept parfaitement», a révélé Thierry Lepaon.

«Le mal, il a été organisé»

Des membres avides de pouvoir selon lui et qui aurait lancée contre lui une véritable cabale :«On n'imagine pas que des camarades puissent porter un tel coup à l'organisation pour des questions de pouvoir (...) J'ai pensé pendant de longues semaines à essayer de rester debout, mais le mal, il a été organisé, il a été extrêmement violent, il a été construit sur une durée pour que ça marque les consciences»

Il compte encore sur son ancienne organisation pour lui rendre justice. Il espère que des procédures internes permettront de «lui faire justice. Pour que ces camarades (ndlr : les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bearnhar le mardi 18 aout 2015 à 14:18

    Lors des grèves des transports, les gens qui ont manqué ler entretien d'embauche ou qui ont carrément été licenciés après plusieurs jours d'abscence, faut qu'il sen pensent quoi de ce monsieur ?

  • bearnhar le mardi 18 aout 2015 à 14:17

    Bah dites-moi, sont bien peu de choses...Si il devait encaisser ce qu'encaissent certains salariés qui n'ont PERSONNE pour se défendre, ni les moyens. Das la vie, le principal est quand meme d'avoir la santé, et de l'argent, il a les deux, il veut quoi, qu'on pleure surson sort ?

  • Berg690 le dimanche 16 aout 2015 à 15:51

    Certains ici ont du l'avoir bien profond par la CGT! LoL

  • saggy le dimanche 16 aout 2015 à 15:34

    quel courage !!!!!

  • M4760237 le dimanche 16 aout 2015 à 15:19

    j'y crois pas

  • saggy le dimanche 16 aout 2015 à 11:28

    CGT = PC

  • ca.ho49 le dimanche 16 aout 2015 à 10:37

    Franchement ca fait de la peine à tout le monde ! lol Dire cela juste pour faire de la publicité pour son livre ! Au moins on se rend compte que les syndicats sont justes la pour se gaver de fric et mettre dans la mouise l economie française pour avantager les economies des autres pays !

  • cesarski le dimanche 16 aout 2015 à 10:26

    on senfout!

  • sidelcr le dimanche 16 aout 2015 à 10:14

    Pauvre chou !

  • d.wilde le dimanche 16 aout 2015 à 09:57

    Heureusement qu'il n'est pas passé à l'acte sinon l'Humanité aurait perdu son dernier lecteur...