Après Orlando, une Gay Pride sous haute sécurité à Paris

le , mis à jour à 21:31
0
Après Orlando, une Gay Pride sous haute sécurité à Paris
Après Orlando, une Gay Pride sous haute sécurité à Paris

Trois semaines après le massacre homophobe d'Orlando  aux Etats-Unis (50 morts), la communauté LGBT défile dans la capitale pour une Gay Pride 2016 placée sous haute surveillance policière.

 

Lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres, militants ou sympathisants étaient encadrés par un important dispositif de sécurité. Le cortège de dizaines de charts et motards arborant des drapeaux arc-en-ciel s'est élancé à 15 heures des quais de Seine à proximité du Louvres, pour rejoindre la place de la Bastille.

 

La #MarcheDesFiertés de Paris vient de démarrer. Bonne marche à toutes et à tous ! \ud83c\udf08 pic.twitter.com/QbxP7IQVq5

— Paris (@Paris) 2 juillet 2016

 

Fouille des sacs des participants, rues perpendiculaires fermées sur tout le parcours, forces de l'ordre très visibles... les mesures prises pour rassurer les participants ont visiblement porté leurs fruits. La mobilisation a été impressionnante ce samedi. A milieu d'après-midi, des dizaines de milliers de personnes se sont élancées des bords de Seine, à côté du Louvre, dans un cortège interminable, pour rejoindre la place de la Bastille.

 

Plusieurs hommes et femmes politiques de gauche ont pris part à la marche, comme la ministre de la Culture, Audrey Azoulay, le député socialiste, Benoît Hamon, la députée EELV, Cécile Duflot, la maire (PS) de Paris, Anne Hidalgo et le candidat à la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon. 

 

À Paris, pour la #MarcheDesFiertes. pic.twitter.com/7YQoz5lVjO

— Jean-Luc Mélenchon (@JLMelenchon) 2 juillet 2016

 

Un millier de policiers et gendarmes ont été mobilisés pour sécuriser le parcours. A quoi il faut ajouter un raccourcissement du tracé de deux kilomètres, au lieu des 4,6 km prévus initialement. Sans oublier que la date habituelle a été repoussée d'une semaine. Les forces de l'ordre étaient en effet déjà surmobilisées le dernier week-end de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant