Après neuf ans de gel, le salaire du président chinois augmente de plus de 60%

le
0

Son salaire de 1583 euros reste étonnamment modeste pour le président d'un pays dont l'économie est passée devant celle des Etats-Unis, en 2014 en termes de pouvoir d'achat.

De notre correspondant à Pékin,

Officiellement la mesure s'inscrit dans le cadre de la lutte contre la corruption des fonctionnaires d'Etat, véritable fléau national en Chine. Le chef de l'Etat, Xi Jinping, s'est accordé une hausse de salaire de 62%. Sa rémunération de base passe ainsi de 7020 yuans (975 euros) à 11.385 yuans (1583 euros), selon le ministère chinois des Ressources humaines… Cependant, son salaire reste étonnamment modeste pour le président d'un pays dont l'économie est passée devant celle des États-Unis, en 2014 en termes de pouvoir d'achat.

Bon camarade, le numéro un de la République populaire a accordé une revalorisation équivalente à son premier ministre, Li Keqiang, et aux cinq autres membres du comité permanent du bureau politique du Parti communiste, le saint des saints du pouvoir en Chine. Cette hausse s'inscrit dans le cadre de la première revalorisation des revenus des fonctionnaires depuis 2006 en Chine, pays où les salaires de la fonction publique sont traditionnellement bas. Elle sera rétroactive et prendra effet à compter du 1er octobre 2014.

Au bas de l'échelle dans la grille salariale publique, les plus simples des fonctionnaires voient leur paie plus que multipliée par deux, pour atteindre 1320 yuans (183 euros). La directive du ministère chinois des ressources humaines précise que les salaires seront désormais revalorisés tous les ans ou tous les deux ans. Cependant, il est improbable que cette augmentation suffira à enrayer la corruption endémique des fonctionnaires.

La rémunération est un sujet contreversé en Chine

La rémunération dans la fonction publique est l'un des sujets les plus controversés en Chine. Les employés du gouvernement se plaignent que leurs salaires n'ont pas progressé au même rythme que l'inflation au cours des dernières décennies, alors que la Chine a connue un développement spectaculaire. De son côté, l'opinion publique s'oppose aux augmentations de fonctionnaires, qu'ils perçoivent comme massivement corrompus. Pour Lin Jiang, professeur à l'université Sun Yat-sen ces revalorisations sont «indispensables» pour combattre la corruption, puisqu'elles permettent de réduire la «dépendance aux revenus gris» des fonctionnaires.

«Il était très étrange que les hauts fonctionnaires ne soient payés que quelques milliers de yuan par mois», juge Lin. Le salaire nominal n'est toutefois qu'un des éléments du revenu mensuel des fonctionnaires, à côté de diverses primes. Cependant, celles-ci sont très loin d'expliquer les fortunes colossales amassées par certains hauts fonctionnaires. En 2012, le New York Times avait publié une enquête détaillant l'énorme fortune amassée par la famille du premier ministre chinois de l'époque, Wen Jiabao. L'agence Bloomberg avait elle publié une enquête créditant la famille de Xi Jinping d'une fortune de 376 millions de dollars. Le gouvernement tente par ailleurs de réduire la voilure de l'appareil d'État, en y menant de surcroît une vaste opération mains propres. Plusieurs centaines de milliers de fonctionnaires ont été poursuivis pour des faits de corruption depuis l'arrivée au pouvoir de Xi Jinping fin 2012.

Fonction publique pléthorique

La Chine a une fonction publique pléthorique, qui a longtemps exercé un attrait fort pour les jeunes diplômés, séduits par la sécurité de l'emploi, la couverture médicale et une retraite bien meilleures. Cependant, la campagne anti-corruption a provoqué une vague de départ sans précédent dans la fonction publique… D'autant que le statut de fonctionnaire est désormais moins attractif, en raison notamment des salaires nettement inférieurs au secteur privé.

La semaine passée, les autorités ont annoncé que les fonctionnaires devront désormais contribuer à leurs retraites complémentaires, à l'image du secteur privé. De nombreux petits fonctionnaires redoutent que ces nouvelles ponctions engloutissent la totalité de leurs augmentations.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant