Après leurs rencontres avec Valls, étudiants et lycéens restent mobilisés contre la loi Travail

le , mis à jour à 14:08
6
Après leurs rencontres avec Valls, étudiants et lycéens restent mobilisés contre la loi Travail
Après leurs rencontres avec Valls, étudiants et lycéens restent mobilisés contre la loi Travail

Le président de l'Unef, principale organisation étudiante, n'a pas été convaincu par le Premier ministre sur les aménagements proposés au projet de loi Travail. « Le désaccord de fond reste entier », a déclaré William Martinet ce vendredi sur le perron de Matignon, à l'issue d'une rencontre avec Manuel Valls, Myriam El Khomri et Emmanuel Macron. « Ce que nous explique le Premier ministre, c'est qu'on peut discuter de tout, mais pas de la loi Travail (...) On nous a renvoyés à des discussions annexes », a reproché le militant syndical, 27 ans.

Par sa voix, l'Unef, qui demandait le retrait du projet, a appelé « à amplifier le mouvement de protestation » et confirmé une nouvelle journée d'action le 17 mars.

Loi Travail: « le désaccord reste entier », pour le président de l'Unef

Après les manifestations de mercredi, qui ont mobilisé 224 à 500 000 personnes dont 100 000 jeunes, selon l'Unef, Manuel Valls a accordé une série d'entretiens aux organisations étudiantes.

Après l'Unef, le chef du gouvernement recevait la FAGE. L'organisation étudiante ne demande pas un retrait intégral du projet de loi, mais celui de trois volets importants: les dispositions sur les motifs de licenciement économique, les mesures renforçant le pouvoir unilatéral de l'employeur dans l'aménagement du temps de travail, ainsi que le retrait du barème sur les indemnités prud'homales.

Arrivé.e.s à Matignon, sortir de l'impasse est possible, le @gouvernementFR doit écouter nos propositions ! @La_FAGE pic.twitter.com/QBqHAzt7W1— Jimmy Losfeld (@Jimmy_FAGE) 11 mars 2016

Alexandre Leroy, président de la Fage, a eu « le sentiment que le texte (pouvait) bouger ». « On ne veut plus voir les mesures agressives dans ce projet de loi, elles nous font peur dans la capacité qu'on aura à obtenir un emploi stable », a-t-il déclaré, demandant notamment à Manuel Valls un droit universel à la formation. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • glitzy il y a 9 mois

    Pourquoi le syndicat des élèves de maternelle n'était-il pas invité ? Je pense qu'ils ont un avis aussi éclairé sur le marché du travail que les lycéens et les étudiants (étudiants "éternels" si possible).

  • glitzy il y a 9 mois

    Qu'est qu'un syndicat d'étudiants fait dans ce débat ?

  • restif1 il y a 9 mois

    A gauche les futurs apparatchiks du PS, à droite les apparatchiks actuels. La relève est assurée

  • dotcom1 il y a 9 mois

    Rencontre avec des lycéens? Pourquoi ne pas leur demander leur avis sur notre doctrine de dissuasion nucléaire ou sur le montage finacier pour le lanceur Ariane 6 tant qu'on y est?

  • blackmax il y a 9 mois

    27 ans et bac +3 : représentatif de qui, de quoi ? Encore un non comprenant aus responsabilités

  • b2sp49 il y a 9 mois

    27 ans et étudiant ?????????????Encore 1 dont le métier est d'être assisté par la collectivité.Ah ! Qu'il est doux d'être dans une organisation de gauche.Comment ce type peut-il se présenter en représentant des étudiants et appeler à saboter une loi qui favorise la création des emplois.