Après les taxis, les VTC manifestent à Paris

le
0
Après les taxis, les VTC manifestent à Paris
Après les taxis, les VTC manifestent à Paris

Après les chauffeurs des taxis, c'est au tour des chauffeurs de Voitures de transport avec chauffeur (VTC) de manifester. Une centaine de chauffeurs de VTC se sont en effet rassemblés ce lundi à Paris, près des Invalides, à l'appel de cinq entreprises du secteur. Ils protestent contre un amendement leur imposant de retourner à leur base entre chaque course.

«Nous souhaitons alerter les sénateurs car il est fondamental qu'ils ne votent pas cet amendement», a expliqué Benjamin Cardoso, président de la fédération française des VTC et fondateur de la société LeCab. Pour celui-ci, l'obligation de revenir à la base entre chaque course risque d'aboutir à la disparition des acteurs de ce secteur qui emploie actuellement 10 000 personnes. 

Il a également précisé qu'avec cet amendement, un chauffeur de VTC n'aurait plus le droit de se garer sur la voie publique, sur une place de stationnement, même lorsqu'il utilise le véhicule à des fins privées.

«Nous sommes abasourdis par le fond et la forme»

L'amendement concerné fait partie de la proposition de loi du socialiste Thomas Thévenoud et impose aux chauffeurs de voitures de transport avec chauffeur (VTC) de «retourner au siège de l'entreprise ou dans un lieu, hors de la chaussée, où le stationnement est autorisé», et ce «dès l'achèvement de la prestation».

En costumes stricts et cravates, des chauffeurs des sociétés SnapCar, Chauffeur-Privé, LeCab, AlloCab et Supershuttle, chapeautées par la Fédération française du transport de personnes sur réservation (FFTPR), ont manifesté pendant plus d'une heure, à côté des Invalides à Paris.

Des centaines de #vtc place Vauban, rassemblement sans perturbation, même dans la protestation le VTC reste classe ! pic.twitter.com/VEEusW1qDg-- Yanis Kiansky (@Yanis_K) July 21, 2014

«Nous sommes abasourdis par le fond et la forme. Il n'a jamais été question de cette mesure-là. Les taxis demandent à nous ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant