Après les Tanguy, voici la « génération boomerang »

le , mis à jour à 07:52
0
Après les Tanguy, voici la « génération boomerang »
Après les Tanguy, voici la « génération boomerang »

C'est le carton cinématographique de l'été. « Retour chez ma mère », le sixième long-métrage d'Eric Lavaine, a attiré pas moins de 2 100 000 spectateurs dans les salles obscures de l'Hexagone. Une belle surprise pour cette comédie sociale sortie le 1er juin, en plein Euro de football. Le trio irrésistible formé par Alexandra Lamy, Josiane Balasko et Mathilde Seigner n'y est bien sûr pas étranger. Mais le succès du film tient avant tout à l'histoire, qui aborde toutes les grandes problématiques de notre époque : chômage, héritage, transmission, entente familiale, sexualité... On y suit la trajectoire de Stéphanie (Alexandra Lamy), architecte, contrainte à 40 ans de retourner vivre chez sa mère (Josiane Balasko) dans le Midi, après avoir perdu son emploi. Un destin dans lequel tout le monde peut se reconnaître.

 

Le phénomène est loin d'être négligeable. D'après une étude publiée en 2015 par la revue « Retraite et Société », 7 % des 30-49 ans sont rentrés au bercail et ils sont encore 3 % après 50 ans. Chez les 30-39 ans, leur retour est lié, selon l'Insee, à une rupture familiale dans 31 % des cas, à un licenciement ou un changement de lieu de travail dans 24 % et des problèmes d'argent dans 17 %. On les appelle la « génération boomerang ».

 

Préserver son territoire

 

Après 40 ans, « les hommes y sont un peu plus représentés que les femmes », indique Loïc Trabut, chercheur à l'Institut national d'études démographiques (Ined). Sans doute parce qu'ils sont moins préparés à vivre seuls. C'est particulièrement vrai dans les milieux populaires qui ont vécu plus difficilement la transformation du statut des femmes après Mai 1968.

 

Dans ce contexte, retrouver sa chambre d'ado peut être rassurant. Mais quand on a goûté à son indépendance, le retour aux sources peut tourner au cauchemar. Parce qu'on se sent envahi, qu'on se retrouve à devoir rendre des comptes ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant