Après les légumes bio, un "panier culture" pour les Nantais

le
0

NANTES (Reuters) - Un "panier culture" a été distribué à Nantes jeudi à ses 42 premiers contributeurs, sur le modèle des paniers de fruits et légumes proposés par les Associations de maintien d'une agriculture paysanne (Amap), qui rencontrent un succès grandissant auprès de jeunes citadins en quête de produits biologiques.

Ce premier panier de l'Association pour un circuit court culturel (AP3C) contient le CD d'un chanteur local, la bande dessinée d'une maison d'édition nantaise et deux places pour un spectacle de "théâtre en appartement".

Ses contributeurs pourront aussi prendre part à une "performance créative partagée" avec des artistes (architecture éphémère, danse contemporaine...).

Les acquéreurs s'engagent en contrepartie à payer un forfait de 20 euros par mois, qui leur donne droit à quatre "paniers culture" par an. Ils ne peuvent imposer leurs choix pour la sélection des artistes, pas plus que l'adhérent d'une Amap ne peut choisir ses fruits ou ses légumes.

"L'idée de départ était de se réunir entre artistes pour trouver un moyen de vivre vraiment de notre art, en rendant son vrai prix à la culture", explique Julien Berteaux, alias "Momo", un chanteur de 29 ans dont le deuxième album figure dans le panier.

"Pour les produits physiques comme les CD ou les livres, on se trouve face à des distributeurs et des magasins qui se prennent des marges plus ou moins grosses, et plus ou moins justifiées", dit-il. "Dans le spectacle vivant, il est également fréquent que des artistes émergents se bradent, ou bien travaillent au noir, pour pouvoir se produire".

Ce "circuit court culturel", affranchi des intermédiaires entre l'artiste et le public, entend aussi offrir "de la proximité et des échanges concrets" entre les deux parties, en guise de supplément d'âme.

"J'ai déjà joué chez l'habitant et j'aime beaucoup la convivialité que cela procure", confie Emilie Olivier, une comédienne de 33 ans, dont le spectacle de "clown pour adultes" figure également dans ce premier "panier culture".

"On peut échanger avec les gens sur le spectacle, sur son propos mais aussi sur le métier d'artiste et ses difficultés".

Cette "Amap culturelle" permet en outre de surmonter les difficultés de diffusion des artistes émergents dans les lieux institutionnels. Le système offre aussi la possibilité aux spectateurs de découvrir des formes d'art qu'ils n'auraient pas spontanément recherchées, fait observer la comédienne.

Guillaume Frouin, édité par Patrick Vignal

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant