Après les inondations, Chambord cherche à financer ses réparations

le
0

Le célèbre château a subi de sérieux dégâts suite aux intempéries. Un appel aux dons a été lancé en ligne afin de financer une partie des travaux de remise en état.

L’image a marqué les esprits: au terme des dramatiques inondations qui ont frappé le pays, le château de Chambord s’est retrouvé cerné par les eaux, à la manière du mont Saint-Michel. Ironie de l’Histoire, François Ier avait à l’origine imaginé pour ce site un château surgissant des eaux, comme en atteste une gravure d’époque. Une chose est sûre, le bâtiment final n’a pas été conçu pour faire face à une montée des eaux.

Résultat: même si le château et ses collections n’ont pas été détériorés, si bien que les lieux ont rouvert très rapidement à la visite, de sérieux dommages ont été constatés en divers points du domaine national. Rappelons que les lieux sont immenses, couvrant une surface équivalente à Paris intra-muros et abritant également une église, 40 maisons, 7 ponts, 6 pavillons d’entrée, des fermes anciennes et 32 km de murs vieux de plus de quatre siècles.

Un million d’euros de dégâts

Pour faire face aux dommages subis par les ponts, le mur d’enceinte attaqué sur trois brèches ou ébranlé sur de longues portions ainsi que pour remettre en état le système de défense anti-incendie du château ou remplacer les arbres arrachés, la Fondation du Patrimoine vient de lancer un appel aux dons en ligne vers les mécènes, petits ou grands, français ou étrangers.

Pour rappel, la ministre de la Culture Audrey Azoulay vient d’annoncer ce jeudi la création d’un fonds de cinq à dix millions d’euros pour venir en aide aux propriétaires privés de monuments historiques protégés victimes des récentes intempéries. Elle a estimé à cette occasion que réparer Chambord était «gérable». Confirmant d’autres estimations des dégâts de l’ordre d’un million d’euros, la ministre a indiqué que ces montants «restent gérables par rapport au budget d’investissement du château».

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant