Après les émeutes, les murs de Londres comme défouloir

le
0
Dans plusieurs quartiers de la capitale britannique, les habitants ont installé des panneaux où chacun peut laisser un message écrit. Une semaine après le début des violences, le calme se maintient mais les policiers restent en état d'alerte.

C'est une sorte de psychothérapie de groupe, après une semaine de violences qui a bouleversé bon nombre de Londoniens. Les habitants de la capitale britannique, armés de feutres, se défoulent en écrivant sur des post-it colorés ou directement sur des panneaux en contreplaqués installés pour remplacer les vitrines brisées. A Clapham Junction, quartier aisé du sud de Londres habituellement calme, mais secoué par de violents troubles lundi soir, des milliers de messages ont été griffonnés. La haine envers les émeutiers y très présente : «Pourrissez en enfer, bâtards», «Les pillards devraient être alignés et abattus». Le pacifisme aussi : «J'aime Clapham Junction», «Que vienne la lumière». Enfin, des messages d'introspection sont également rédigés: «Ce sont nos enfants. Posez la question : qu'avons-nous raté?».

Non loin de là, à Peckham, un quartier nettement plus pauvre et multiethnique, les post-it ont une tonalité résolument politique: «Plus d'ü/p>...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant