Après les déboires de la tour Triangle, le projet Duo attend son feu vert

le
0

INFOGRAPHIE - L'enquête publique préalable qui s'est clôturé vendredi devrait laisser le champ libre vers la construction des tours Duo, l'un des plus hauts ensembles immobiliers de France.

Après le retentissant rejet au Conseil de Paris du projet de tour Triangle, fin novembre, les anti-tours aimeraient repousser le projet Duo qui doit s'installer le long de la rue Bruneseau, dans le 13e arrondissement. C'est ce vendredi soir que vient de se clôturer l'enquête publique «préalable à la délivrance du permis de construire» pour ce projet dessiné par les Ateliers Jean Nouvel.

Entre le périphérique, le boulevard des Maréchaux et les voies SNCF, devrait émerger un ensemble de 2 tours de bureaux mesurant respectivement 180 et 120 mètres de haut. Un gabarit tout à fait comparable à la tour Triangle, ce qui classerait la construction dans le Top 10 des plus haut immeubles français (voir ci-dessous).

Le projet semble pourtant bien parti pour faire moins de vagues que son prédécesseur de la porte de Versailles. Il est vrai que les riverains de la rue Bruneseau sont rares et que, si l'on en croit le décomptage du Parisien, seule une petite trentaine d'habitants et de responsables d'associations avaient consigné des remarques sur le registre public, la veille de la clôture de l'enquête.

A terme, l'ensemble non résidentiel devrait rassembler plus de 86.000 m² de bureaux et un hôtel de 120 chambres. Si le projet ne semble pas déchaîner les passions, ses détracteurs relèvent tout de même que le projet ne comporte auncun logement, priorité pourtant martelée par la municipalité. Par ailleurs, des riverains pointent l'absence de transports collectifs tout proches de ces tours qui pourraient accueillir plus de 6000 salariés.

Mais, comme à chaque fois, c'est l'impact visuel que semble craindre le plus les Parisiens. Pêle-mêle, les opposants redoutent une atteinte au ciel de Paris, un alignement disgrâcieux avec le Panthéon, voire un effet d'échelle qui amènerait à écraser les tours de la bibliothèque Mitterrand. Il est vrai que lorsque l'on observe le Top 20 des plus hauts immeubles français, on se rend bien compte que le gratte-ciel n'est toujours pas rentré dans les moeurs des Français.

Ces constructions restent globalement moins hautes que leurs voisines européennes et sont quasi exclusivement cantonnées au quartier d'affaires de La Défense. Seules exceptions: les tours Montparnasse à Paris, Part-Dieu à Lyon, CMA-CGM à Marseille et Bretagne à Nantes. A noter également, dans ce Top 20, seule la tour Part-Dieu n'est pas exclusivement consacrées aux bureaux. Les plus hautes tours exclusivement résidentielles culminent actuellement autour de 130 mètres avec la tours Défense 2000 (136m), la tour France à Puteaux (126 m) et la tour Prélude dans le 19e arrondissement parisien (123 m).

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant