Après les carottes des champs, les carottes des villes

le
0
PeJo/shutterstock.com
PeJo/shutterstock.com

(AFP) - Le béton des villes se craquelle et carottes, laitues ou herbes aromatiques y poussent désormais... L'agriculture urbaine enthousiasme les Français toujours plus nombreux à biner dans des jardins collectifs avant de planter demain sur leurs toits ou déguster la production de "fermes verticales".

"On n'a jamais autant parlé de ce sujet, et on n'a jamais vu autant d'actions dans ce sens-là, du jardin partagé aux gens qui ont leur petit plant de tomates sur leur fenêtre", constate Pierre Sartoux, architecte parisien au sein du Laboratoire d'urbanisme agricole.

En plein essor dans les villes du sud comme du nord, notamment aux États-Unis et au Canada, cette agriculture essaime en France depuis quelques années et principalement dans les jardins collectifs estimés à 150.000 par le président de la Fédération nationale des jardins familiaux et collectifs, Hervé Bonnavaud.

"Ça explose depuis 4, 5 ans" notamment à la faveur de la crise, dit-il.

Des nouveaux jardins qui n'ont plus grand-chose à voir avec leurs ancêtres, les jardins ouvriers du 19e qui pouvaient aller jusqu'à 800 m2 pour nourrir des familles nombreuses. "Aujourd'hui, les familles sont plus petites, les gens ont moins de temps et savent moins jardiner de sorte qu'ils demandent des jardins beaucoup plus petits", explique M. Bonnavaud.

Champignons au marc de café

Reste-t-il de la place pour répondre à cette demande croissante? "En ville, il y a de l'espace quand on sait regarder", comme ces pelouses au pied des HLM qu'il est facile de transformer en potagers de 50m2, assure-t-il.

Ce ne sont pas les idées qui manquent: sacs en toile qui, remplis de terre, transforment la moindre ruelle en potager...Conteneur installé dans le 20ème arrondissement de Paris où des champignons poussent sur du marc de café... Ou encore les "Incroyables comestibles", méthode venue d'Angleterre qui consiste à semer partout où c'est possible de la "nourriture à partager" pour tous.

Pour d'autres, l'avenir passe par les toits. Surtout qu'une étude réalisée à Berlin a montré que les fruits et légumes cultivés au niveau du sol en centre-ville peuvent être plus pollués que ceux du supermarché.

Aucune ville française n'a encore de ferme comme l'immense Brooklyn Grange, installée sur deux toits de New York et qui produit 18.000 kg de légumes et fruits par an. En revanche, un potager expérimental est installé depuis 2011 sur le toit d'AgroPariTech dans le 5ème arrondissement de Paris.

Le potentiel de toits plats est estimé à 314 ha à Paris. "On ne sait pas s'ils sont suffisamment résistants pour poser des bacs", précise Jeanne Pourias, étudiante-chercheuse à l'Inra. "Mais quand bien même il n'y aurait que 10% d'exploitable, ça serait déjà beaucoup", estime-t-elle.

À cet égard, une étude parue en 2011 montrait qu'il serait possible, moyennant quelques changements d'habitudes alimentaires, de couvrir 38% des besoins alimentaires des Rennais en utilisant les surfaces à l'intérieur de l'agglomération, et notamment 60% des toits et 35% des parcs publics.

D'autres ont recours à des projets high-tech comme les fermes verticales dont la première a ouvert fin 2012 à Singapour.

Un projet similaire est en attente d'autorisations dans un quartier populaire de Romainville, au nord-est de Paris. "L'idée est d'arriver à 3.000 m2 de surface agricole" dans des serres installées sur un toit, mais aussi dans un bâtiment de 4 à 5 étages, explique Pierre Sartoux.

"Romainville deviendrait la première ferme verticale en terre" au monde, où salades, radis, fraises et poireaux pousseraient dans de la "terre vivante, avec du compost issu des logements" et non en culture hydroponique hors-sol, où un substrat neutre remplace la terre, précise-t-il.

Mais pour Jeanne Pourias, il ne faut pas oublier que l'une des grandes vertus de l'agriculture urbaine est que si "elle produit de la nourriture, elle ne produit pas que ça".

"C'est aussi un mouvement citoyen, de réappropriation de l'espace public, de recréation du lien social, dit-elle. Parfois, le végétal n'est juste qu'un prétexte".

cls/pjl/fm

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant