Après les attentats, un "hackathon" sur la sécurité pour aider les autorités

le
0
Après les attentats, un "hackathon" sur la sécurité pour aider les autorités
Après les attentats, un "hackathon" sur la sécurité pour aider les autorités

Des SMS pour alerter, un système pour orienter au mieux les blessés vers les hôpitaux: 400 passionnés ont planché de vendredi à dimanche lors d'un "hackathon" sur la sécurité pour trouver des solutions technologiques aux problèmes rencontrés par les autorités lors des attentats.Comment éviter l'engorgement des plate-formes réservées aux appels d'urgence? Comment dégager une information fiable à partir de la masse disponible sur les réseaux sociaux? Comment diffuser des consignes de sécurité de manière ciblée et en temps réel? Comment orienter au mieux des blessés vers les structures adaptées? Comment prévenir la radicalisation et diffuser un contre-discours?Pour tenter de répondre à toutes ces questions, des développeurs informatiques, des graphistes, des spécialistes de la gestion de crise, des chefs de projets se sont retrouvés pour le premier "hackathon" -opération habituellement centrée sur la programmation informatique- sur le thème de la sécurité. A peine plus de deux mois après les attentats jihadistes qui ont fait 130 morts dans la capitale et à Saint-Denis, cet événement s'est tenu à l'initiative de la Préfecture de police de Paris et de la Mairie de Paris.Pour éviter une saturation des lignes d'appels d'urgence, "on propose une solution qui permet de collecter des données sans intervention humaine, de façon automatisée, universelle, rapide. Aujourd'hui on appelle le 17, demain on peut envoyer des SMS au 17", explique ainsi Jérôme Idelon, porteur du projet SMoS, système géolocalisé d'envoi d'alertes par textos.L'envoi du texto lance une conversation simple par SMS permettant d'identifier la situation (A. Tirs, B. Incendie, C. Agression, etc.), la personne (A. Témoin à distance, B. Témoin sur place, C. En danger, etc.) et de donner des consignes (A. Rester chez soi, B. Pouvons-nous vous contacter, etc.) en attendant une éventuelle intervention. Face au besoin, notamment pour ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant