Après les attentats, place à la lutte 2.0 contre l'insécurité

le
0
De plus en plus d'applications luttent contre le crime
De plus en plus d'applications luttent contre le crime

Ambiance studieuse ce week-end à l'École 42 de Xavier Niel à Paris. Initiative inédite de l'adjoint à la maire de Paris, Jean-Louis Missika, le « hackathon nec mergitur » se voulait un marathon de la créativité sur trois jours. Le thème : comment lutter contre l'insécurité avec... un smartphone.

À l'affût d'un concept novateur ou d'une idée singulière en matière de sécurité, la préfecture de police de Paris avait pris soin d'être représentée par des « ambassadeurs », soigneusement répartis dans chacun des groupes de travail, afin de coordonner du mieux possible le passage entre projet hypothétique et future application mobile, pour les idées les plus porteuses. De cette improbable union entre économie collaborative et sécurité sont donc nés des logiciels, des apps, et même des futures start-up.

Rassemblées dans un amphithéâtre de l'établissement, en présence d'Anne Hidalgo, les équipes se sont relayées pour présenter les dix projets lauréats. En à peine deux jours de « brainstorming », les « hackers » sont ainsi parvenus à créer de véritables outils 2.0 pour lutter contre l'insécurité à Paris. De cette façon, les utilisateurs de smartphones deviennent désormais des acteurs de leur sécurité, en signalant telle ou telle activité (colis, personne, malaise,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant