Après les attentats, les premières propositions de Nicolas Sarkozy

le
2
Après les attentats, les premières propositions de Nicolas Sarkozy
Après les attentats, les premières propositions de Nicolas Sarkozy

Sa présence avait été annoncée, lui-même l'ayant fait tweeter à trois reprises par son équipe. Nicolas Sarkozy était ce lundi matin sur RTL pour évoquer l'unité nationale, et la suite de l'immense mobilisation du 11 janvier. Tout en estimant que François Hollande «a fait ce qu'il fallait faire», l'ancien président de la République a fait des premières propositions pour «empêcher que demain les mêmes causes produisent les mêmes effets».

«Je ne suis pas sûr que le climat d'unité nationale doive uniquement se circonscrire au seul moment du drame», a-t-il commencé dans une étonnante double négation. «Nous avons un devoir de lucidité et d'analyse. Je ne voudrais pas qu'on passe à un climat de polémique nationale.» «On ne peut pas passer cette phase sous silence, ajoute-t-il un peu plus tard. L'unité ne doit pas empêcher la lucidité, bien au contraire». Nicolas Sarkozy propose, sans que ce soit la seule option, que le président de la République réunisse un «groupe de travail bi-partisan». Et selon lui, le Front national doit y être associé puisque, avance-t-il, le FN «a le droit de présenter des candidats aux élections à ma connaissance. (...) N'ajoutons pas à la tragédie nationale le sectarisme et les donneurs de leçons».

Puis, au gré des questions des journalistes et des auditeurs de RTL, l'ancien président de la République, probable candidat à la primaire à droite pour la présidentielle de 2017, donne ses priorités. «Je dis ma disposition pour que nous participions à une analyse de ce qui s'est passé et établir d'ores et déjà les réponses conjoncturelles dans un cadre de sécurité et les réponses structurelles liées à l'Islam, l'éducation et aussi à l'immigration», résume-t-il au terme de près d'une heure d'interview. Mais, a-t-il prévenu, «il n'y a pas de mesure magique».

QUESTION DU JOUR. L'unité nationale va-t-elle perdurer après la marche républicaine ?

Renforcer ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M5062559 le lundi 12 jan 2015 à 12:15

    un seul journal de gauche osaient critiquer le musulman intégriste qui devenaient terroriste : Charlie Hebdo. les autres silence radio. Au fait combien y a t-il de polygames dans les cités en France et parmi les barbus ? mais chut je passer pour un sale blanc raciste ? pour un terroriste combien de radicaux ? 2000 potentiels terroristes mais 100000 haineux et fanatisés contre le blanc ! mais chut ...

  • M5062559 le lundi 12 jan 2015 à 12:06

    Il y a plus de 25 ans les jeunes femmes étaient tabassées lorsqu'elles voulaient s'habiller à l'occidentale. Elles étaient mariées de force. cela fait 25 ans qu'on a laissé les cités au main des intégristes et des dealers. mais chut, il ne fallait rien dire car SOS racisme accusaient ceux qui osaient témoignés de racisme. depuis au moins 25 ans une haine contre le blanc démocrate se développe mais chut ....